Cote d'Ivoire: Filière cacaoyère - 75 millions de FCfa des États-Unis pour le déploiement de cinq projets

17 Juillet 2019

Chapô : Dans le cadre d'un programme financé par le ministère de l'Agriculture américain, cinq projets de création de centres de services agricoles ont été retenus pour être déployés dans trois régions de la Côte d'Ivoire.

Cinq projets de création de centres de services agricoles dans trois régions de la Côte d'Ivoire (Indénié-Djuablin; Nawa et Haut-Sassandra) viennent d'être sélectionnés pour bénéficier d'un accompagnement financier de la part du ministère de l'Agriculture des États-Unis.

Ces cinq projets qui sont portés par des jeunes Ivoiriens ont été jugés les meilleurs au milieu d'un grand nombre de projets qui ont été proposés dans le cadre du projet Maximiser les opportunités dans les activités liées au cacao (Moca) financé par le gouvernement américain dans le cadre du grand programme Food for progress.

Les cinq lauréats ont été officiellement montrés au public, hier, au cours d'une cérémonie qui s'est tenue au centre Andrew Young de l'ambassade des États-Unis, au Plateau.

Le montant total alloué pour l'appui aux cinq projets, a précisé le chef de projet Moca, Marc Steen, s'élève à 75 millions de F Cfa.

Ces centres de services agricoles, a-t-il ajouté, devront contribuer à améliorer les revenus et les conditions de vie de 3000 producteurs de cacao en leur facilitant l'accès à des intrants de meilleure qualité.

Saluant cette initiative du gouvernement américain, le sous-directeur de la protection des cultures, Akamou Fatayé, représentant le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, a relevé la nécessité voire l'urgence pour les producteurs ivoiriens de changer leurs pratiques agricoles.

« Je voudrais rappeler aux producteurs et à tous ceux qui interviennent dans la chaîne de production du cacao, que nos partenaires commerciaux sont devenus plus exigeants sur les taux de résidus des pesticides et sur la qualité de nos produits agricoles.

Il nous appartient de changer nos habitudes de production et d'appliquer les bonnes pratiques agricoles qui garantissent des produits ayant une bonne valeur marchande », a-t-il expliqué.

Concrètement, les centres de services agricoles permettront aux producteurs des régions concernées de bénéficier de conseils de proximité orientés vers les formations sur les connaissances des pesticides, mais également sur les moyens de protection des applicateurs, les bonnes pratiques agricoles et la reconnaissance des produits phytosanitaires homologués.

Les cinq projets lauréats, a expliqué Mars Steen, ont fait partie d'un processus de présélection en juin 2019, suivi de visites d'évaluation dans les trois régions concernées. Ils ont été évalués par un comité d'examen composé de membres du projet Moca et du groupe Callivoire, partenaire du projet.

Les prochaines étapes consisteront, pour les bénéficiaires, à travailler avec des équipes de l'Ong agricole américaine Cultivating new fontiers in agriculture (Cnfa) qui met en œuvre en Côte d'Ivoire le projet Moca, et de Callivoire en vue de l'élaboration d'un plan d'activités complet.

Catherine Brucker, la chargée d'affaires à l'ambassade des Etats-Unis à Abidjan, a réaffirmé le soutien de son pays à la Côte d'Ivoire, surtout en ce qui concerne le développement du secteur agricole avec un accent particulier sur les cultures du cacao et des noix de cajou.

En 2018, les exportations agricoles de la Côte d'Ivoire vers les États-Unis se sont élevés à 859 millions de dollars soit environ 500 milliards de FCfa.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.