Ile Maurice: FaceApp - Quels sont les risques pour les données personnelles ?

Depuis hier, mercredi 17 juillet, les réseaux sociaux sont inondés de photos modifiées avec FaceApp, une application qui permet de se vieillir. L'avantage est non négligeable: l'utilisateur peut voir comment il sera dans le futur sans botox ni lifting, ou encore, se projeter à un âge qu'il risque de ne pas atteindre à cause des incinérateurs, routes qui s'effondrent ou autres agents polluants. Mais il n'y a pas que des avantages. Selon Forbes, l'utilisation de cette application pet être dangereuse.

Cette app, qui est la propriété d'une compagnie russe, a des termes d'utilisation très spécifiques dont la majorité des 120 millions d'utilisateurs ignorent. L'application demande une permission d'utiliser les photos et noms de manière «perpetual, irrevocable, nonexclusive, royalty-free, worldwide, fully-paid, transferable sub-licensable license to use, reproduce, modify, adapt, publish, translate, create derivative works from, distribute, publicly perform and display your User Content and any name, username or likeness provided in connection with your User Content in all media formats and channels now known or later developed, without compensation to you.» En langage des jeunes, cela veut dire que FaceApp peut utiliser les photos et noms dans n'importe quel but et sans limite dans la durée et bien évidemment, niveau compensation, l'utilisateur pourra toujours attendre «ziska sévé vin blan.»

Donc les utilisateurs peuvent se retrouver sur un panneau publicitaire à Moscow sans qu'il ne soit au courant ? Un expert en sécurité digitale américain a fait savoir que pour l'heure, il n'y a pas de preuves que les photos sont utilisées ailleurs. Mais après ? Le développeur de FaceApp a fait savoir que les photos ne sont stockées que pendant 48 heures et que de toute façon, les utilisateurs peuvent demander que leurs photos soient effacées avant.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.