Madagascar: Gouvernement Ntsay Christian - Démission ce jour

Pour l'heure, personne n'est sûr d'être reconduit dans les rangs des actuels membres du gouvernement.

Si l'on s'en tient aux indiscrétions, les noms des futurs membres du gouvernement devraient être connus d'ici au week-end . « Le président de la République nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou groupe de parti majoritaire à l'Assemblée nationale ». C'est ce que stipule la Constitution dans son article 54, alinéa premier.

Conformément à cette disposition, le processus de formation du nouveau gouvernement est enclenché. Des tractations sont déjà en cours. De sources concordantes, le Premier ministre Ntsay Christian déposera au président de la République Andry Rajoelina ce jour la lettre de démission de son gouvernement.

L'actuel locataire de Mahazoarivo a toujours clamé haut et fort qu'il n'entend pas s'accrocher à son « seza » et respectera à la lettre les dispositions constitutionnelles. Avec la démission prévue ce jour, l'on peut affirmer qu'il tient sa parole.

Pour le moment, l'on ignore si l'ancien Coordonnateur du Bureau de Pays de l'OIT à Madagascar sera reconduit à son poste. Jusqu'ici, sa relation avec le président de la République Andry Rajoelina semble au beau fixe.

Force est de reconnaître que pendant ses 13 mois à la tête du gouvernement, l'on n'a observé aucun clash entre les deux personnalités. Reste à savoir également si les députés nouvellement élus vont renouveler leur confiance à Ntsay Christian.

D'après les informations, ces derniers devraient envoyer leur proposition de nom de Premier ministrable dans les prochaines heures. Certainement, le nom du nouveau PM sera connu d'ici à la fin de semaine. Les membres du nouveau gouvernement pourraient même être connus d'ici à samedi, si l'on s'en tient aux indiscrétions.

Travaux de couloirs. Pour l'heure, personne n'est sûr d'être reconduit dans les rangs des membres de l'actuel gouvernement. Le président Andry Rajoelina a toujours martelé que les ministres seront évalués par rapport à leur efficacité et aux résultats de leurs six premiers mois d'exercice au sein de leur département respectif.

Un vent de panique souffle depuis quelque temps dans les Ministères. Certains ministres n'hésitent pas à effectuer un lobbying auprès des députés pour rester à leur siège.

En effet, du côté de Tsimbazaza, des tractations sont en cours en vue d'obtenir des signatures de députés en vue de proposer une liste de ministrables au président de la République. Dans le cadre de ce processus, les députés indépendants sont très courtisés.

Lundi dernier, jour de l'ouverture de la session spéciale à Tsimbazaza, la nouvelle présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa a déjà plaidé pour la présence de députés au sein du futur gouvernement.

Quoi qu'il en soit, malgré les pressions et les travaux de couloirs, c'est le président Andry Rajoelina qui aura le dernier mot en ce qui concerne la formation du gouvernement.

D'autant plus qu'après six mois d'observation, les choses sérieuses vont désormais commencer pour la mise en œuvre du programme Initiative pour l'Emergence de Madagascar.

Pour débuter les travaux structurants rentrant dans le cadre de ce projet, il faut une équipe efficace, capable de suivre la vitesse du TGV. Du côté de l'Assemblée nationale, l'on a déjà donné l'exemple d'une nouvelle pratique politique lors de l'élection au perchoir de Christine Razanamahasoa, notamment par les députés TIM.

L'heure du copinage, du clientélisme, des calculs politiques et de la satisfaction des copains et coquins est révolue.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.