Sahara Occidental: Le Polisario épinglé par Human Right Watch

L'ONG réclame des preuves tangibles de l'implication de trois mis en cause ou leur relaxe

L'Organisation HRW a demandé la libération des trois activistes arrêtés par la milice du Polisario entre le 17 et le 19 Juin dernier, à défaut de présenter des preuves tangibles de leur implication dans des actes criminels réels.

Moulaye Abba Bouzid, Mohamed Fadil Brika, porteur de la nationalité espagnole et le blogueur Mahoud Zeidane, avaient été, en effet, kidnappés par la milice du Polisario entre les 17 et 19 juin 2019 dans des conditions non élucidées.

Lors d'une sortie médiatique, la directrice adjointe du département Moyen-Orient et Afrique du Nord au sein de cette ONG a déclaré que les caciques séparatistes doivent présenter des preuves tangibles de leur implication dans des activités criminelles sinon ils doivent être libérés, ajoutant que l'Algérie ne peut pas défendre le respect des droits humains sur d'autres territoires et fermer les yeux sur les violations commises sur le sien par le Polisario.

Bien que ce dernier ait annoncé qu'une enquête était en cour avec ces trois détenus accusés de diffamation, d'insulte et d'incitation à la désobéissance, son représentant à New York a déclaré que "ces accusés se trouvaient en détention préventive et font l'objet d'une enquête judiciaire pour trahison, agression, division, subversion et diffamation".

L'Organisation internationale des droits de l'Homme a, dans ce cadre, confirmé que, dans les camps de Tindouf, ils seraient passibles d'une peine d'emprisonnement pouvant aller de cinq ans à la perpétuité soulignant que le Polisario n'a toujours pas révélé les motifs véritables malgré le fait qu'un mois se soit écoulé depuis leur arrestation,.

L'ONG a également indiqué que, selon Babbih Abba Bouzid, frère cadet de Moulay, le Polisario aurait permis à son cousin, Sidi Hmady, de lui rendre une seule et unique visite le 23 juin à laquelle il a été rapidement mis fin lorsque la discussion a commencé à tourner autour des questions que ses geôliers lui avaient posées. Ce fut aussi le cas lors de la visite que lui a rendue son avocat le 2 juillet. Fin y a été mise lorsque Moulay lui a annoncé que les enquêteurs ont tenté de le forcer à signer un PV écrit auparavant.

L'ONG a, par ailleurs, rapporté ce que lui a révélé Fatimatou Brika, sœur de Fadil qui a affirmé que ce dernier lui a affirmé lors de la visite qu'elle lui a rendue le 11 juillet au bagne de Dhibia qu'il y est demeuré menotté et les yeux bandés.

Selon l'Organisation internationale des droits de l'Homme, si les enquêteurs ont interrogé ces détenus alors qu'ils avaient les mains ligotées et les yeux bandés, ou s'ils les ont menacés ou tenté de les forcer à signer des PV préalablement rédigés, cela constituerait une violation grave de l'exigence du droit international selon laquelle tout aveu doit être volontaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sahara Occidental

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.