Afrique: CAN-2019 - A J-1 de la finale, les Algériens retiennent leur souffle

Alger — "L'heure d'un 2è trophée africain a sonné", s'accordent à lancer avec détermination les supporters algériens, qui souhaitent ardemment voir l'équipe nationale de football triompher face au Sénégal, à un peu plus de 24 heures de la finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2019), vendredi soir au Caire.

A Alger comme dans les autres wilayas d'ailleurs, le tournoi de football qu'abrite l'Egypte depuis presque un mois déjà est devenu le sujet de prédilection des habitants, notamment depuis la qualification des coéquipiers de Riyad Mahrez pour la finale face aux "Lions de la Teranga". Dans les cafés, quartiers populaires ou lieux de travail, "LA" finale Algérie-Sénégal est sur toutes les langues. Tout le monde attend avec impatience cette finale, la 3è dans les annales du football algérien après celle de la CAN-1980 perdue au Nigeria face au pays organisateur et celle de l'édition-1990 remportée à Alger face au Nigeria toujours.

L'optimisme et l'espérance fusent des propos de la majorité des citoyens, invités par l'APS à livrer leurs pronostics sur l'issue de la rencontre. Ils espèrent tous une deuxième "étoile africaine" pour l'Algérie après celle remportée il y a 19 ans, par Madjer and Co. au stade 5-Juillet face au Nigeria (1-0). La victoire, scellée sur un but de l'attaquant Cherif Oudjani, avait alors déclenché une joie indescriptible dans le pays, faisant oublier, un tant soit peu, la défaite en finale de la CAN-1980 au Nigeria des coéquipiers du virevoltant ailier rouquin Salah Assad.

"Belmadi (le sélectionneur algérien, ndlr) a formé une équipe solide, capable de battre le Sénégal en finale. Pas de doute qu'il a concocté une tactique pour rééditer ce qu'il a réalisé au premier tour face au même adversaire (victoire 1-0, ndlr)", a indiqué Aziouez, gérant d'un Café mitoyen au stade Mohamed-Benhaddad de Benomar à Kouba. "Au vu de ce qu'a montré la sélection nationale lors de ses précédents matches en Egypte, le trophée ne devrait pas lui échapper", a-t-il poursuivi.

Khaled, supporter inconditionnel des "Verts", a affirmé pour sa part qu'il accordait sa "totale confiance" à la ligne d'attaque algérienne, menée par Mahrez, la star de Manchester City. "Je suis quotidiennement les nouvelles de notre sélection nationale à travers les différents médias. J'ai noté chez les joueurs une grosse envie d'arracher la victoire finale", a-t-il martelé. Pour étayer ses dires, il cite le quatuor Mahrez-Bounedjah-Belaïli-Feghouli, "en mesure de transpercer l'arrière-garde sénégalaise qui sera, en outre, privée du défenseur de Naples, Koulibaly", suspendu pour cumul de cartons jaunes.

Se joignant à la discussion, "Ammi" Dahmane, un septuagénaire amoureux du ballon rond et fervent supporter du RC Kouba et de l'équipe nationale, a lui, essayé de tempérer les ardeurs des "optimistes" qui pronostiquent une victoire facile en finale.

"Le foot n'est pas une science exacte. On en a vu des surprises. Nos joueurs doivent prendre très au sérieux l'adversaire qui ambitionne lui aussi de remporter sa première Coupe d'Afrique, notamment l'entraîneur (Aliou Cissé) qui était capitaine d'équipe lors de la défaite du Sénégal en finale de l'édition-2002 contre le Cameroun. Il aura à coeur de gagner le trophée en tant que coach. Donc, restons vigilants", a-t-il dit, en agitant son index, comme un geste d'avertissement adressé à ses interlocuteurs.

La finale Algérie-Sénégal est très attendue par les supporters algériens, surtout les jeunes, à l'image de Merzak, un chauffeur de taxi de 29 ans, dont un petit drapeau algérien orne le côté droit de son véhicule. "J'étais bébé, en 1990, lorsque l'Algérie avait gagné le trophée africain ici à Alger. Aujourd'hui, je vais pouvoir suivre la finale et participer à la victoire. Ni Sadio Mané, ni les Lions de la Teranga ne nous font peur. Nos 'Guerriers' sauront les avoir", a-t-il lancé sur une note d'humour.

A Belouizdad, habillé aux couleurs nationales rouge, blanc et vert, le commerce des produits dérivés de l'équipe nationale et des maillots contrefaits des "Verts" a pris de l'ampleur, à telle enseigne que les gens ne trouvaient plus où mettre les pieds sur les trottoirs.

Gagnant gagnant

Les résultats positifs réalisés par les joueurs de Djamel Belmadi et les décorations des étalages aux couleurs nationales, ont attiré l'attention des passants amoureux des "Verts".

Mourad, un jeune vendeur de produits dérivés à l'effigie de l'équipe nationale, estime que les performances des "Fennecs" en Egypte ont créé une dynamique "positive" sur les habitants de la capitale. "Nous avons profité du parcours des Verts et leur qualification en finale pour proposer une large gamme de produits qui ont satisfait les clients".

"Cet exploit sportif a généré une forte demande et tous les acteurs du marché, artisans, commerçants et clients, sont contents", a-t-il poursuivi.

Les supporters des "Verts" ont afflué sur les commerces de fortune improvisés sur les trottoirs pour se procurer maillots, fanions, drapeaux et autres produits dérivés pour soutenir Raïs M'bolhi et ses coéquipiers dans leur quête d'une deuxième Coupe d'Afrique.

Abdelhamid, père de famille en pleine tractation pour l'achat d'un jeu de maillot floqué du numéro 8 de Belaïli à son fils Wassim (5 ans), estime que les prix sont relativement acceptables. "1900 dinars pour cette tenue complète est un prix raisonnable, d'autant plus que Belaïli réalise une grande CAN. J'ai aussi acheté un fanion pour décorer ma voiture en prévision de la grande fête".

Pour sa part, Abdelhak (31 ans), qui s'est procuré une casquette à 300 dinars, a lié le parcours des "Verts" au mouvement de contestation ("Hirak") que traverse l'Algérie depuis le 22 février pour revendiquer le changement du système politique en place dans le pays.

"Cette casquette de l'Algérie va me protéger du soleil lors des marches populaires de chaque vendredi. Nous sommes à fond derrière notre équipe nationale pour aller décrocher le trophée et ainsi procurer de la joie au peuple, sans oublier nos revendications politiques car nous voulons que l'Algérie s'épanouisse dans tous les domaines", a-t-il dit.

A J-1 du "big" match, les Algériens s'affairent aux derniers préparatifs avant la finale, avec l'installation d'écrans géants pour voir le match ensemble, ou encore en décorant leurs balcons aux couleurs nationales.

Vendredi, tous les regards seront tournés vers le stade international du Caire qui sera à partir de 20h00 le théâtre de la finale de la 32e édition de la CAN entre l'Algérie et le Sénégal.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.