Congo-Brazzaville: "Ludimi lua muba", un spectacle haut en couleur

Le groupe de musique ethno-tradi folklorique, Matinu ma mpimpa, était sur scène le 16 juillet à l'Institut français du Congo (IFC) à travers un spectacle original dénommé « Ludimi lua muba » ou langue du renard noir.

A travers une prestation d'une 1h 15 mn, Matinu ma mpimpa a sculpté, à un détail près, les rites et rythmes ancestraux de la culture du département du Pool. A cet effet, le public a découvert avec faste deux rituels : « Matinu ma mpimpa » ou rituel de danse nocturne et le « Muloko » ou rituel pour chasser les influences malfaisantes qui hantent le village.

L'histoire que livre ce spectacle est celle de "La langue du renard", très prisée par les chefs du village car elle possède des mystères. Quand le chasseur ramène le renard noir au village au moment du partage collectif au mbongui, il devient l'exclusif du chef.

Mais N'Koko, un indomptable, brave l'interdit en ravissant le monopole de la langue du renard, au grand étonnement du chef du village qui, malgré sa canne mystique, ne parvient pas à vaincre le rebelle.

Hélas, c'est le chef qui meurt et son esprit hante tout le village à tel point qu'on a appelé le grand initié, Mbouango, pour pratiquer le muloko dans le but de réinstaurer la paix, la joie et l'harmonie du village.

Reflétant la richesse, la diversité culturelle et ancestrale du Congo, les artistes ont eu recours aux tissus (rouge, noir et blanc), le raphia, le pagne, les masques, les cannes, etc.

Le spectacle « Ludimi lua muba » puise notamment son originalité dans sa sonorisation, sa chorégraphie et l'histoire qu'il a véhiculée.

Travaillant essentiellement à base d'instruments traditionnels (Ngongui, Mukwiti, Nsakala, Ngoma, Tidanda... ), les trente artistes sur scènes du groupe Matinu ma mpimpa ont fusionné des rythmes et pas de danses au gout savant des coutumes anciennes. Les chants étaient notamment interprétés en lingala, lari, Kituba et français.

De belles mélodies aux cadences du tam-tam ont fait esquissé des pas de danse du côté du public. Alliant toujours tradition et modernisme dans chacune de ses prestations, ce groupe a scotché les petits comme les grands. Un réel plaisir qui a été ovationné à la fin du spectacle.

Ils ont dit pour Matinu ma mpimpa...

Un spectacle est un bon moment de détente et de rire. Mais, en réalité, il prodigue biens de conseils et propose toujours une leçon à tirer.

« Les enfants ont été merveilleux sur scène et cette belle initiative artistique qui met en avant les traditions ancestrales pour le bonheur de la jeune génération mérite nos vives félicitations.

J'encourage le promoteur à porter ce spectacle, partout où il peut aller avec pour faire découvrir les nouvelles sonorités qui ont été mises en exergue par nos braves artistes », a déclaré Emma Mireille Opa-Elion, directrice générale des Arts et des Lettres.

Par ailleurs, Verdon Loko, Conseiller adjoint de la Culture et des Arts à l'ambassade de Belgique au Congo s'est dit très heureux de constater que Matinu ma mpimpa valorise les traditions ancestrales qui nous enseignent sur le bien-fondé de celles-ci. « J'ai vu, je suis ému et très satisfait de la prestation des jeunes.

Pour ma part, je remonterai l'information à la tutelle pour envisager une tournée du groupe en Belgique, et pour le rayonnement international de notre culture », a-t-il signifié.

Dans le but de faire découvrir, enseigner et valoriser les rites et rituels ancestraux congolais, Matinu ma mpimpa envisage des tournées à Pointe-Noire, Kinshasa, Johannesburg, Paris, Venise, Beijing, New York, etc.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.