Afrique de l'Est: Un nouvel état régional menace de voir jour en Ethiopie

Le drapeau éthiopien
18 Juillet 2019

Depuis l'arrivée d'Abiy Ahmed, en 2018, les pressions entre communautés se multiplient. Outre le conflit entre Omoros et Ahmaras, les Sidama viennent désormais s'ajouter aux dossiers urgents du Premier ministre.

La communauté Sidama, dans le sud de l'Ethiopie, exprime le besoin de quitter la Région Nations, nationalités et peuples du sud (SNNP) pour créer son propre Etat régional. Mercredi, des manifestations ont eu lieu dans les rues de Hawassa, capitale régionale, pour réitérer cette velléité.

Les manifestants soutenaient que si le référendum n'était pas annoncé, la communauté des Sidama déclarerait unilatéralement son propre statut ce jeudi. Mais Zemalek Aytenew, directeur du Centre pour le fédéralisme et la gouvernance à Addis Abeba, signale que ce délai ne cadre pas avec le processus prévu par la constitution : "Depuis les années 90, l'ethnie sidama demande son propre Etat régional, d'ailleurs comme d'autres communautés. Mais les autres communautés ne nourrissent pas cette ambition avec autant de pression que les Sidama."

Crainte d'un effet boule de neige

Le parti politique dénommé Mouvement de libération sidama a accepté ce jour l'offre de la Commission électorale, d'attendre la tenue d'un référendum avant la fin de l'année, pour éviter des violences et des pertes en vies humaines.

Pour certains analystes, les Sidama veulent l'autonomie régionale parce qu'ils gagneront plus sur le plan économique et qu'ils auront l'occasion de mener des politiques spécifiques pour faire avancer leur culture. Mais il y a un danger, selon l'Éthiopien Awol Kassim Allo, professeur de droit à l'Université de Keele en Angleterre : "L'un des problèmes que nous avons, c'est que nous n'avons pas la culture du compromis, de négociation et de la gestion pacifique des problèmes. Alors, cela peut créer des problèmes au niveau régional. Mais le problème est aussi au niveau de la fédération éthiopienne. La demande d'indépendance des Sidama ne sera pas seulement une affaire régionale singulière. Il y a dix autres communautés ethniques qui formulent cette demande."

Référendum pour éviter la violence

L'Ethiopie, pays de 105 millions d'habitants, est actuellement divisée en neuf régions semi-autonomes. Sa Constitution exige que le gouvernement organise un référendum pour tout groupe ethnique souhaitant former une nouvelle entité dans l'année qui suit sa demande. Le groupe ethnique sidama, qui représente 5% de la population, en avait fait la demande en novembre 2018. Les autorités fédérales promettent l'organisation du référendum d'ici la fin de l'année.

Les actuelles revendications ethniques en Ethiopie sont perçues comme un enjeu pour les élections générales prévues l'année prochaine.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.