Cote d'Ivoire: Journées des institutions de la République/ Koné Kafana - « Si nous voulons des institutions fortes, nous devons nous approprier les activités de celles-ci »

18 Juillet 2019

Le ministre auprès du Président de la République, chargé des Relations avec les institutions de la République, Gilbert Koné Kafana, est revenu sur les points saillants de la célébration des Journées portes ouvertes des institutions de la République annoncées mardi par son directeur de cabinet.

A sa sortie d'une séance de travail hier, à son cabinet au Plateau, avec les représentants de toutes les institutions de la République, le ministre a tenu à préciser que l'un des temps forts des journées portes ouvertes qui auront lieu du 22 au 24 juillet, à Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, sera l'adresse du Président de la République à la nation.

Ce sera, dit-il, l'occasion pour Alassane Ouattara de situer l'opinion sur sa volonté de doter la Côte d'Ivoire d'institutions inébranlables. « Le Président de la République s'adressera à la nation pour montrer les raisons de son engagement à doter la Côte d'Ivoire d'institutions fortes », a-t-il indiqué.

En présence des représentants des institutions dont la Cour des Comptes, le Conseil constitutionnel, le Conseil économique, social environnemental, la Grande chancellerie, le médiateur de la République, la Commission électorale indépendante, etc., Koné Kafana a invité les populations à effectuer massivement le déplacement à cet évènement.

Parce que, précise-t-il, « si nous voulons des institutions fortes, nous devons nous approprier les activités de celles-ci ». Le ministre en charge de ces organes rappelle que bien qu'étant des éléments de renforcement de la démocratie, les institutions sont des facteurs de cohésion sociale.

« Plutôt que de se faire justice, chaque citoyen peut se saisir, au moment indiqué, d'une institution pour résoudre ses différends et comprendre que ses droits sont ainsi préservés », a-t-il conseillé.

Diomandé Kanvaly, président de la Cour des comptes, a profité de l'occasion pour traduire l'engagement de l'institution qu'il dirige à cette journée.

Ce sera un moment, dit-il, pour la Cour des comptes d'expliquer aux populations qu'elle travaille pour elles. « Nous sommes là pour veiller au bon emploi des deniers publics, donc garant de leur gestion au dernier ressort », a-t-il rappelé.

Dans la même veine, Antoine Hauhouot Asseypo, président de l'Académie des sciences, des arts, des cultures d'Afrique et des diasporas africaines (Ascad), a annoncé la présence effective des immortels à ces assises.

Parce que l'Ascad fait partie des institutions qui sont méconnues, surtout à cause du phantasme qui l'entoure. « Nous montrerons que l'Académie n'est pas que l'affaire des académiciens mais aussi un outil, une érudition, au service de la société », dit-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.