Congo-Kinshasa: La CPI confirme la somme des indemnités dont Thomas Lubanga doit s'acquitter

18 Juillet 2019

Outre quatorze ans de prison, la CPI avait aussi condamné, en 2012, Thomas Lubanga à verser 10 millions de dollars aux familles des victimes. Une décision confirmée, jeudi, par la Chambre d'appel.

La Chambre d'appel de la Cour Pénal Internationale a confirmé la décision de réparation des victimes dans l'affaire Thomas Lubanga. Cet ancien chef rebelle congolais, ex-président de l'Union des patriotes congolais (UPC) avait été reconnu coupable en mars 2012 de crimes de guerre et d'enrôlement d'enfants-soldats. Âgés de moins de 15 ans, ils avaient forcé ces derniers à participer aux hostilités dans le cadre d'un conflit armé en Ituri, en République Démocratique du Congo, au début des années 2000.

La CPI l'avait condamné à une peine de 14 ans d'emprisonnement et au versement, aux familles de victimes, de réparations s'élevant à 10 millions de dollars. Une décision qui a été confirmée jeudi par la Chambre d'appel de la CPI. Mais, sachant que Thomas Lubanga est indigent, ce versement pourra-t-il un jour s'opérer ?

Ecoutez ci-dessus les explications de Patrick Tshubuyi. Il est responsable de la sensibilisation au Bureau de la CPI en RDC.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.