Algérie: L'initiative du Forum de la société civile pour le changement augure d'un début du règlement de la crise politique

Alger — L'initiative du Forum de la société civile pour le changement qui a proposé une liste de personnalités nationales pour mener le dialogue pour une sortie de crise a été accueillie, jeudi,favorablement par le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, ce qui augure d'un début encourageant en vue du règlement de la crise politique que connait l'Algérie.

Le chef de l'Etat a qualifié de "pas positif" l'initiative du Forum de la société civile pour le changement, affirmant que des consultations seront engagées pour la "constitution de ce panel" dont la composition définitive sera annoncée "prochainement".

"Le chef de l'Etat a pris connaissance du contenu de la communication faite, hier, 17 juillet 2019, par le +Forum de la société civile pour le changement+ et considère qu'il s'agit d'un pas positif dans le sens de la concrétisation de la démarche proposée par l'Etat", a indiqué la présidence de la République dans un communiqué

M.Bensalah a considéré, à ce titre, cette proposition "de nature à servir de base pour la constitution du panel de personnalités nationales appelées à mener le processus de facilitation du dialogue", a ajouté la présidence de la République.

"Comme souhaité par nos concitoyens et comme l'avait souligné le chef de l'Etat, ces personnalités devraient être crédibles, indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition électorale. Des personnalités qui émergent du fait de leur autorité morale ou de leur légitimité historique, politique ou socioprofessionnelle", a souligné le communiqué.

Selon la même source, "les personnalités proposées par le Forum, sont de ce point de vue, et sous réserve de leur disponibilité, pleinement éligibles à l'accomplissement de cette noble mission au service de notre pays".

Satisfaite de la démarche de la société civile pour tenter de trouver une solution à la crise, la présidence de la République a fait savoir, à ce titre, que "des consultations seront, donc, entreprises en vue de parvenir à la constitution de ce Panel dont la composition définitive sera annoncée prochainement".

"En prenant cette louable initiative, la Société civile, apporte ainsi une contribution concrète à l'amorce d'un dialogue constructif et de bonne foi, auquel n'a cessé d'appeler le chef de l'Etat", a-t-on ajouté.

La présidence de la République a réaffirmé, dans ce contexte, que "ce dialogue, prôné également par notre Armée nationale populaire et sur lequel a insisté à maintes reprises le vice-ministre de la Défense, chef d'état-major de l'ANP, qui s'est engagé à l'accompagner, reste l'unique moyen pour construire un consensus fécond, le plus large possible, de nature à permettre la réunion des conditions appropriées pour l'organisation, dans les meilleurs délais, de l'élection présidentielle, seule à même de permettre au pays d'engager les réformes dont il a tant besoin".

Le président du Forum de la société civile pour la changement, Abderrahmane Arar, avait dévoilé, mercredi, une liste de 13 personnalités nationales, proposée par le Forum, pour mener la médiation et le dialogue avec la participation de tous, sur les propositions politiques pour une solution à la crise que vit le pays, et ensuite, tenir une conférence nationale inclusive pour adopter les résultats du dialogue assortis de garanties et un engagement à les mettre en œuvre.

Des personnalités nationales, des anciens responsables, des militants des droits de l'Homme, des syndicalistes, des académiciens et des personnalités de la société civile figurent sur cette liste.

Il s'agit, entre autres, de l'ex-président de l'Assemblée populaire nationale (APN) Karim Younès, de la constitutionnaliste Fatiha Benabbou, de l'avocat Mustapha Bouchachi, de l'économiste Smail Lalmas, du sociologue Nacer Djabi, du syndicaliste Lyès Merabet, de l'ancien chef du gouvernement Mouloud Hamrouche, de l'ex-ministre des Affaires étrangères Ahmed Taleb El-Ibrahimi ou encore de la moudjahida Djamila Bouhired.

Si la plupart des personnalités proposées par le Forum pour mener le dialogue ont donné leur accord de principe, Mouloud Hamrouche et Djamila Bouhired ont démenti toute association à cette initiative.

Bouhired a affirmé, dans un communiqué, que personne "n'a demandé son avis" sur sa participation à cette initiative et qu'elle n'avait "donné son accord à personne", alors que Mouloud Hamrouche s'est dit "pas concerné" par cette liste et que personne "n'a pris attache" avec lui.

Dans un communiqué diffusé dans l'après-midi, le Forum a reconnu que Djamila Bouhired, Mouloud Hamrouche et Taleb El-Ibrahimi n'ont pas été dûment contactés pour faire partie de l'instance de médiation et que les noms de ces personnalités ont été ajoutés à la liste, à son initiative.

Selon le Forum, ces trois personnalités ont été choisies en raison de leurs poids sur le plan politique et leur militantisme, mais surtout parce qu'elles sont "consensuelles".

Début juillet, M. Bensalah a lancé un nouvel appel pour "un dialogue national inclusif" sur la prochaine échéance présidentielle, assurant que l'Etat, y compris l'institution militaire, ne sera "pas partie prenante à ce dialogue".

Détaillant sa nouvelle offre politique, le chef de l'Etat a affirmé que ce processus de dialogue "sera conduit et mené en toute liberté et en toute transparence par des personnalités nationales crédibles, indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition électorale".

Il s'est engagé, à cet égard, à ce que l'Etat dans toutes ses composantes, y compris l'institution militaire, ne sera pas partie prenante à ce dialogue et observera la plus stricte neutralité tout au long du déroulement de ce processus".

Pour M. Bensalah, l'Etat "se contentera de mettre tous les moyens matériels et logistiques à la disposition du Panel de personnalités, qui décidera lui-même des modalités de son fonctionnement".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.