Cameroun: Grand meeting du RDPC à l'ouest - y aura-t-il manifestation à Bafoussam ?

19 Juillet 2019

Le sultan roi des Bamoun, originaire de la région de l'ouest à initié un méga meeting pour la paix à Bafoussam. Le sous préfet a donné l'autorisation de la tenue du meeting en date du 20 juillet. Levée de boucliers au sein de l'opinion publique. La toile s'est embrasée : pour ou contre Paul Biya... sous le prisme de la presse, nous laissons le libre jugement.

Le journal Le Quotidien est monté au créneau, pour relayer une « bataille larvée ». Avec pour titre : Grand Meeting du Rdpc : « La région de l'Ouest en rangs serrés avec Paul Biya». Depuis quelques jours, certains individus mal intentionnés au service de la déstabilisation du Cameroun, manipulent l'opinion au niveau des réseaux sociaux et dans des milieux insoupçonnés en arguant que les fils et filles de l'Ouest Cameroun ont décidé d'accorder leurs suffrages à leur "frère" Maurice Kamto lors de l'élection présidentielle du 7 octobre 2018.

Un autre son de cloche, poursuit le journal vient des parlementaires, les membres du gouvernement, les chefs traditionnels et autres opérateurs économiques de cette partie du pays « qui promeuvent le vivre ensemble et qui comme un seul homme, condamnent avec véhémence les propos aux relents révolutionnaires et de déstabilisation. La mobilisation convoquée par le sultan des Bamouns, en qualité de patron local du Rdpc » le 20 juillet à Bafoussam essuie de vives critiques.

Branle-bas de combat.

Le journal Forum Libre est allé plus loin, en surfant sur le tribalisme. Appel à la manifestation du 20 juillet 2019 : « boycott annoncé des Bamilékés au meeting du Rdpc à Bafoussam ». De fait, depuis l'annonce de la tenue du meeting du 20 juillet 2019 par le chef de la délégation régionale et permanente du comité central du Rdpc pour la région de l'Ouest, SM Ibrahim Mbombo Njoya, des voix des fils de l'Ouest retentissent pour décourager les militants du Rdpc d'assister à ce meeting tout en entretenant à l'occasion la confusion sur la qualité de l'autorité traditionnelle du Roi des Bamoun.

Sur le terrain de l'action, la mobilisation est générale. Le journal précise que « les états-majors des barons Sylvestre Ngouchinghe, Victor Fotso, Emmanuel Nganou Djoumessi, Claude Juimo Monthé, Thimothé Ngamo, Clobert Tchatat, et Dieudonné Bougne se disent prêts à relever le défi de la mobilisation »

Ce que le journal La Gazette du Noun qualifie de « La riposte de l'Ouest » le 20 juillet, la crème politique Rdpc et les forces vives de la région de l'Ouest organisent un rassemblement pour dénoncer les atteintes aux institutions républicaines et à ceux qui les incarnent, tous les discours de haine tribale et promouvoir la cohésion nationale et la paix.

Quant au quotidien La Nouelle Expression, « l'autorisation du meeting exacerbe les tensions ». Il s'agit de deux poids deux mesures. Pour le journal « les militants des autres formations politiques dont les manifestations sont régulièrement interdites, s'apprêtent demain à accompagner à leur manière le meeting du Rdpc initié par le sultan Mbombo Njoya »

Du coup et pour le Quotidien Le Messager, il s'agit « du meeting de tous les dangers ». La manifestation publique du Rdpc prévue demain sous la conduite du sultan Mbombo Njoya, laisse planer des intentions d'un soulèvement dans cette région hautement stratégique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.