Mali: Interview de Mme Dinkorma Ouologuem, pharmacienne, membre du Malaria Research and Training Center du Mali ( MRTC)

Interview de Mme Dinkorma Ouologuem, membre du Malaria Research and Training Center du Mali ( MRTC)
19 Juillet 2019

L'Académie africaine des sciences (AAS), en partenariat avec le Programme de développement des capacités de recherche sur le paludisme en Afrique de l'Ouest et du Centre (MARCAD), l'organisation de Développement du leadership et de la formation génétique en vue de l'élimination du paludisme en Afrique subsaharienne (DELGEME) et Afrique One ASPIRE a organisé la Conférence scientifique africaine DELTAS 2019 à l'hôtel King Fahd Palace de Dakar, au Sénégal, du 15 au 17 juillet 2019. En marge de cet événement, la chercheuse Mme Dinkorma Ouologuem, pharmacienne, conduisant des recherches au Malaria Research and Training Center du Mali ( MRTC) s'est prêtée aux questions de l'équipe d'AllAfrica Dakar.

Pourriez-vous vous présenter et parler de vos recherches au public d'AllAfrica?

Je m'appelle Dinkorma Ouologuem, je suis pharmacienne, assistante à la Faculté de Pharmacie de Bamako, je conduis mes travaux de recherche au Malaria Research and Training Center du Mali ( MRTC)

Pourriez-vous nous éclairer sur les avancées de la science en matière de lutte contre le paludisme ?

Il y a de très fortes avancées en matière de lutte contre le paludisme:

1- nous avons des systèmes de prévention pour les enfants dans certains pays où la transmission du paludisme est fonction de la saison

2- nous avons un système de prévention pour les femmes enceintes

3- nous avons aussi beaucoup de programmes de recherche pour surveiller le paludisme et assurer une prise en charge efficace contre cette affection
Cependant il reste encore beaucoup à faire car nous n'avons toujours pas de vaccin contre le paludisme et nous commençons à observer une baisse de sensibilité des parasites aux médicaments antipaludiques les plus efficaces qui sont recommandés par l OMS. La résistance aux insecticides et le changement des habitudes des moustiques complique également le contrôle vectoriel contre le paludisme.

Quelle est votre opinion sur cette conférence?

La conférence est très positive. Elle assure notre visibilité en montrant aux bailleurs internationaux que nous sommes en mesure de faire de la bonne science en Afrique. La masse critique et les infrastructures sont présentes. Afin d atteindre les objectifs d'élimination du paludisme, il y a plusieurs travaux très encourageants qui couvrent différents aspects:

- la recherche de médicaments pour bloquer la transmission

- le développement de moustiques réfractaire au paludisme pour la lutte vectorielle

- le développement de vaccins pour les femmes enceintes

- le développement de vaccins pour les enfants

Cette conférence nous a permis aussi de faire connaitre au monde non scientifique le type de travaux que nous menons dans un langage accessible et compréhensible, d interagir entre scientifiques, de renforcer le networking, de savoir qui a le même centre d intérêt et de potentialiser nos efforts.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.