Burkina Faso: Enfants retirés de la rue - 6 élèves réussissent à leurs examens

20 Juillet 2019

Sur un effectif de 98 enfants scolarisés dont 71 retournés en famille et 27 dans les centres de formation, 77 ont été admis en classe supérieur, 11 redoublent leur classe, 2 sont exclus, 3 ont réussi au BEPC, 3 au CEP et 2 ajournés au BEPC. Cette « journée de l'excellence » était à l'honneur des 6 admis.

Sur ce, la ministre de la Femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l'action humanitaire, Laurence Ilboudo s'est dite comblée : « J'ai la sensation d'une mère comblée, d'un chef de département comblé. Avec le travail on peut y arriver. Ces enfants ne croyaient même pas à eux et aujourd'hui ils savent qu'ils peuvent y arriver. Comme toutes les autres écoles ont organisé leur journée de l'excellence, nous avons récompensé nos enfants pour leur réussite » a déclaré la ministre. Ces lauréats ont reçu des vélos « adaptés » et des kits scolaires.

« Je suis content d'avoir réussi au CEP et d'avoir reçu ce prix aujourd'hui. J'avais fui de la maison pour me retrouver dans la rue. Lorsqu'on m'a amené ici j'ai été orienté à l'internat de Gampéla. je remercie la ministre pour son soutien » a déclaré Laurent Zinsou.

Selon Frederic Somé, chef du service social, cette réussite est le travail d'une « longue haleine » : « Au début quand les enfants sont arrivés, il a fallu les stabiliser d'abord avant de les réorienter vers les internats. Ce fut un travail de longue haleine avec beaucoup de difficultés. Avec l'accompagnement éducatif et l'interpellation des parents, nous y sommes arrivés. C'est une fierté pour nous » a t-il affirmé.

Cette opération de retrait des enfants en situation de rue rencontre « d'énormes difficultés » à savoir, entre autres, les difficultés à maintenir les enfants au centre d'accueil d'urgence de Ouagadougou, la faible capacité d'accueil des centres d'éducation spécialisés et le « faible engagement » des autres ministères concernés entraînant une faiblesse dans la prise en charge. A la question de savoir quelle mesure le gouvernement compte mettre en place pour pallier ces difficultés, la ministre répond : « Il ne faut pas seulement voir l'acte de retrait, il faut aussi prévenir le décrochage des enfants c'est à dire permettre aux foyers de maintenir leurs enfants.

Nous allons bientôt faire le lancement du projet filets sociaux qui consiste à transférer des femmes pour qu'elles puissent exercer des activités génératrices de revenus afin de s'occuper des enfants à la maison. En plus, nous avons le projet Piaf qui aide à l'autonomisation intégrée des femmes en renforçant leur capacité et à les accompagnant dans la formalisation de leur entreprise ou dans la mise en disposition des ressources pour qu'elles puissent travailler. Nous avons aujourd'hui aussi dans le nouvel organigramme de notre département, déployé des agents sociaux dans les communes pour prévenir le décrochage dans les lycées et dans les familles. Les plus hautes autorités nous ont accordé un budget supplémentaire pour continuer ce projet des enfants et nous avons des partenaires qui nous accompagnent ».

Comme perspectives, le département en charge de la famille et de l'action humanitaire compte relancer la phase intensive de l'opération de retrait courant 2019, accroître la capacité d'accueil des centres d'éducation spécialisés existants, envisager l'opération de retrait des enfants et des femmes en situation de rue pour le compte de la ville de Bobo Dioulasso.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.