Guinée/Sénégal: Décès d'un universitaire guinéen en France suite à une agression

Photo: RFI
Mamoudou Barry enseignant-chercheur assassiné par un supporter Algérien

Une enquête a été ouverte en France après la mort d'un universitaire guinéen. L'ambassadeur guinéen en France a déploré la mort du jeune compatriote, décédé, samedi 20 juillet, après avoir été agressé, près de Rouen. Selon plusieurs médias guinéens, Mamoudou Barry aurait été victime d'une agression raciste, une thèse qui n'a pas été confirmée par la police française.

Mamoudou Barry, chercheur et enseignant de 31 ans a été violemment frappé après une altercation verbale, dans la rue, vendredi soir. Il a été transporté dans le coma à l'hôpital où il est décédé vingt-quatre heures plus tard. Son agresseur est toujours en fuite.

« Tout est mis en œuvre pour identifier et interpeller l'auteur de l'agression (... ). Il appartiendra à la Justice de faire toute la lumière sur cet acte odieux », a écrit sur son Twitter le ministre français de l'Intérieur, Christophe Castaner.

Tout est mis en œuvre pour identifier et interpeller l'auteur de l'agression qui a coûté la vie à #MamadouBarry.

Il appartiendra à la Justice de faire toute la lumière sur cet acte odieux.

Mes premières pensées vont à ses proches dont je partage l'émotion et l'indignation.

Joint par RFI, Amara Camara, ambassadeur de la Guinée en France, fait part de sa vive émotion.

« C'est vraiment un drame. C'était un jeune compatriote très brillant qui venait de soutenir sa thèse avec mention honorable et malheureusement il a dû se trouver au mauvais moment, au mauvais endroit. Il était à un arrêt de bus, d'après les informations que j'ai. Il attendait tranquillement, s'est fait agresser verbalement puis physiquement. Il serait tombé sur la nuque provoquant une hémorragie. Cela s'est mal passé, voilà. C'est l'émotion qui m'étrangle parce que pour sa famille et ses amis, c'est vraiment dramatique », a déclaré l'ambassadeur.

« Je pense qu'il faut faire confiance à la police et à la justice pour que toute la lumière soit faite, ne serait-ce que pour que la famille ait le fin mot de l'histoire et que nous-mêmes nous soyons rassurés qu'aucune communauté, aucune race n'ait été visée particulièrement, que c'est un incident ou un accident qui s'est passé entre deux individus à un moment donné qui malheureusement a une mauvaise fin », a-t-il poursuivi.

Je pense qu'il faut faire confiance à la police et à la Justice pour que toute la lumière soit faite, ne serait-ce que pour que la famille ait le fin mot de l'histoire et que nous-mêmes nous soyons rassurés qu'aucune communauté, aucune race n'ait été visée particulièrement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.