Cote d'Ivoire: Barthélémy Inabo Zouzoua - "Pourquoi Variétoscope revient"

21 Juillet 2019
interview

C'est la grande nouvelle pour les férus des émissions de vacances de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI). Après neuf années d'absence, l'émission concours « Variétoscope » reprend ses droits cette année.

Producteur de l'émission, Barthélémy Inabo Zouzoua, icône du petit écran, donne les raisons de la résurrection de « Variétoscope » et dévoile les grandes lignes de l'édition 2019. Entretien.

 Les vacances 2019 sont marquées par le retour surprise de Variétoscope. Qu'est-ce qui a motivé ce come-back inattendu ?

Qu’est ce qui a motivé ce come-back ? C'est la vision du nouveau directeur qui a pour objectif, comme il l'a dit lui-même, de redonner la RTI aux Ivoiriens qui souhaitaient que la RTI ne change pas brusquement et oublie son passé, donc oublie ses émissions cultes.

Dans les pays développés comme aux Etats-Unis, il y a des émissions qui existent depuis 60 ans, parce que ce sont des émissions cultes animées par une génération de producteurs animateurs.

Par exemple « Questions pour un champion » a changé d'animateurs mais ça existe. Malheureusement, nous avons très vite enterré les émissions cultes ici à la télé.

L'objectif du nouveau directeur général, M. Dembélé, c'est de ramener ces émissions-là pour les téléspectateurs ivoiriens.

Il nous a demandé, nous qui avons conduit Variétoscope depuis la création, de revenir et d'avoir un seul objectif qui est de repositionner l'émission et en même temps de former une relève qui sera capable de prendre véritablement le relais après notre départ définitif.

 L'émission reprend-elle avec son format habituel ou ya-t-il des innovations ?

Quand on a coupé pendant 9 ans, on ne peut pas changer pour changer. Sinon ceux qui ont demandé l'émission ne vont pas s'y retrouver.

Et comme on a de nouveaux acteurs qui entrent comme des présentateurs, il fallait garder l'ossature de l'émission et puis essayer de remonter doucement l'année prochaine.

Donc on va garder l'ossature. On a même réduit un tout petit peu la longueur de l'émission comme on démarre tard. L'année prochaine on va essayer de l'améliorer, de la dépoussiérer complètement.

Comme ça au moins les nouveaux acteurs se seront déjà habitués à l'émission. Et nous-mêmes aussi, cela nous permettra avec du recul d'améliorer l'émission et d'envisager même l'international dont on parlait quand on était aux affaires entièrement.

 Quel sera le rôle du NG10 que vous représentez par rapport à la relève que vous voulez former ?

Notre rôle, c'est d'abord de concevoir. Le NG10 est le producteur de l'émission. Nous sommes l'essence de l'émission. Nous allons concevoir. Nous allons l'encadrer et nous allons intervenir par moments, mais pas le faire comme on le faisait du début jusqu'à la fin, non.

Notre rôle, c'est le rôle du producteur de l'émission, donc la conception de l'émission dépend du NG10 que représentent les 4 personnes que vous voyez ici sur les 10 qui forment le NG10.

Et puis il n'exclut pas qu'à la finale Serges (Fattoh) revienne pour essayer de boucler en beauté l'édition 2019.

 Quel est le tandem qui va conduire l'émission cette année ?

Je vais vous donner le nom d'une seule personne parce que la deuxième personne, on la garde pour l'instant. Je vous donne Eric Sekongo qui avait déjà conduit l'émission avec Naomi. Il n'est pas nouveau là-dessus.

Et puis une jeune fille que j'ai eue comme étudiante moi-même à l'ISTCC qui sera l'une des révélations de cette année (ndlr, il s'agirait de Reine Amoakon).

Ce sera sa première télé ?

Oui véritablement, sa première grosse émission de télévision. On l'a testé à Abobo samedi, mais ce n'est pas mal. On va la tester encore à Bassam. Mais une des innovations de l'édition 2019, c'est le village Variétoscope.

C'est-à-dire que le jour qu'on a l'émission, on ouvre un village juste à côté, où on aura de quoi à manger. Parce qu'on s'est rendu compte que quand les groupes viennent tôt, ils s'ennuient. Donc ils vont manger dans le village.

Mais la grosse innovation, c'est que nous allons sur les écrans géants diffuser Variétoscope de 1985 à nos jours. Ça c'est la grosse innovation, c'est-à-dire que certaines grandes personnes vont se retrouver dans ces images-là qui sont restées intactes.

Vous allez voir tous les groupes qui sont passés à Variétoscope sur ces écrans géants et à chaque fois qu'on aura Variétoscope, il y aura ce village-là, qui va replonger ceux qui sont dans le village à Variétoscope.

En plus on va à 16 heures pour la compétition qui finit à 19 heures. Et à 19 heures 15, on revient au village pour terminer la soirée par un concert live. C'est un véritable festival qu'on offre cette année et qui est différent des autres années.

De façon concrète, il y aura combien de manches ?

Cette année, il y aura 4 manches. Ça c'est une innovation... Il y a 4 manches éliminatoires et chaque manche donnera un qualifié direct. A la quatrième manche, on prendra le meilleur deuxième pour en faire le cinquième groupe de la finale.

Qu'est-ce qui attend le grand gagnant, du moins le trio vainqueur ?

D'abord Variétoscope, c'est qu'il y a des prix, mais c'est d'abord l'esprit qui anime les gens. Il y a des prix qui vont être donnés cette année en argent mais qui vont monter les années à venir. Nous pensons que quand les communes financent des groupes, il faut qu'en retour elles aient quelque chose.

Quand vous passez où il y a les bateaux bus, le fameux bâtiment où on fait les mariages, la place qui est là, c'est le prix Variétoscope du groupe Pivipi du Plateau. Et quand je vais à Grand-Beréby, et que je vois l'ambulance, c'est le prix de Variétoscope.

A Adjamé par exemple, l'école primaire qui est juste dans le trou, c'est un prix de Variétoscope. On va remonter.

Je pense qu'avec l'appui du directeur général, nous allons retomber très vite sur nos pieds l'année prochaine et on va vous montrer quelque chose de fantastique avec des gros prix. Aujourd'hui les groupes ont été surpris de l'annonce de Variétoscope qui a été tardive.

Donc on essaie un peu de tirer les choses assez rapidement mais comme ils savent que l'année prochaine. Moi, je vous dis qu'il y a des sponsors qui veulent option pour 3 ans. Il y a un sponsor qui nous a dit : « moi, je viens cette année, mais tout petit, mais je veux prendre option sur 3 ans.

Parce que moi, je veux faire de Variétoscope le centre de ma campagne publicitaire ». Ils me l'ont dit. Ils ont dit à RTI Publicité. Ça nous fait plaisir. On va venir petit mais on va grandir très vite.

La date de la finale ?

Le 20 septembre 2019. On démarre le 17 août 2019, à partir de 16h au Palais de la culture de Treichville.

Un message particulier à lancer aux téléspectateurs ?

Je voudrais simplement leur dire que Variétoscope, c'est leur concours qu'ils ont demandé. La RTI a permis que ce concours-là revienne. Qu'ils soient un peu indulgents. Parce que ça fait 9 ans qu'on est parti.

Donc on essaie de reconstruire comme l'équipe nationale de football. Mais, on espère qu'on va reconstruire très vite avec ces jeunes-là et le reste des dinosaures, de retomber sur nos pieds pour faire plaisir aux téléspectateurs.

Qu'ils nous soutiennent. Nous pensons qu'ils viendront au Palais de la culture pour suivre Variétoscope et on a besoin aussi de vous la presse pour nous aider, à conquérir le cœur encore de certains qui sont réticents.

Enfin, après Variétoscope, notre prochaine bataille, c'est le retour de Podium (autre émission à succès des vacances) dès 2020

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.