Congo-Kinshasa: Journée nationale de la Presse - "Les enjeux, défis et perspectives de la presse écrite" étalés au grand jour par l'Acofepe

A l'occasion de la journée nationale de la presse célébrée le 19 juillet 2019, l'Association Congolaise des femmes journalistes de la presse écrite (ACOFEPE), a organisé une conférence-débat dans l'enceinte de l'Institut Facultaire des Sciences de l'Information et la de la Communication (IFASIC.

Le thème central de cette conférence était : La presse imprimée face aux nouvelles technologies de l'information et de la communication : "Enjeux, Défis et perspectives". Cette thématique a suscité la curiosité de l'assistance présente au temple du journalisme.

En effet, la conférence était animée par le Chef de travaux de l'IFASIC, Monsieur Achille Ekele, qui était accompagné de Madame Maguy Mbuku, Directrice Générale de média en ligne "Pourelle.info", sous l'œil vigilant de la Présidente de l'ACOFEPE, Madame Grâce Ngyke. Monsieur Achille Ekele a, lors de son allocution, abordé de manière luminaire l'histoire de la presse écrite. Il a fait comprendre à l'assemblée qu'au commencement, c'est la presse écrite qui faisait passer les informations. D'où, elle est de ce fait, la mère de toutes les presses modernes comme : la presse télévisée, audio et même média en ligne. A l'époque, renchérit-il, les gens aimaient garder les informations par les écrits, comme le dit ce proverbe latin : «verba volent, scripta manent» qui signifie « les paroles s'en volent, les écrits restent».

Monsieur Achille a bien expliqué qu'il n'y a pas de concurrence entre les médias en ligne et la presse écrite car, les deux presses se complètent. Les nouvelles technologies aident la presse écrite à se développer, car la technologie sert à améliorer le travail du journaliste. Il a laissé entendre que la presse est une grande famille, les journalistes ne doivent pas se comporter comme des adversaires, d'autant plus qu'avant de présenter les informations à la télévision, à la radio ou dans les médias en ligne, l'écriture est prépondérante. Selon lui, les presses se complètent. Il conclut en disant que La presse écrite permet d'avoir une liberté d'expression d'où, les nouvelles technologies ne peuvent pas annuler la presse écrite, encore qu'elle a existé et existera toujours.

Pour sa part, Mme Maguy Mbuku, bien qu'elle soit Directrice Générale d'un média en ligne, a appuyé l'argumentaire avancé par son prédécesseur Achille Ekele, pour dire que la presse écrite a beaucoup de précisions et l'avènement de l'internet ne la tuera jamais, citant notamment la complémentarité. De ce fait, a-t-elle rajouté, il faut une formation professionnelle pour tous ceux qui veulent faire la presse en ligne parce que c'est très exigeant. Dans ce même chapitre, estime-t-elle que les informations doivent être instantanées et respecter les principes journalistiques. Dans l'entretemps, elle a avoué haut et fort que le média en ligne et la Presse écrite ne sont pas des adversaires mais ils sont là pour se compléter et faire passer les informations fiables au public. La présidente de l'ACOFEPE, Grâce Ngyke a conclu l'évènement par des remerciements à tous ceux qui ont répondus présents à ce rendez-vous et elle a encouragé les étudiantes et les étudiants à prendre les études au sérieux, "car on n'étudie pas pour de simple formalité mais on étudie pour la vie", dit-on.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.