Congo-Kinshasa: Course à la présidence du bureau du Sénat - Ticket Thambwe-Boshab, l'heure de vérité

22 Juillet 2019

Selon le calendrier rendu public par le rapporteur du bureau provisoire du Sénat, l'élection des membres du bureau définitif de cette institution est fixée au samedi 27 juillet 2019. Alors qu'on s'attendait à une promenade de santé du FCC (Front Commun pour le Congo), comme ce fut le cas pour le bureau définitif de l'Assemblée Nationale), des turbulences liées au feuilleton Bahati sont venues tout changer.

Par conséquent, Alexis Thambwe Mwamba, qui comme colistier Evariste Boshab, n'est plus candidat « unique » à la présidence de la Chambre haute du Parlement. Il aura comme adversaire direct celui qui est perçu, du côté de Kingakati, comme un frondeur, même si l'intéressé se considère comme victime de la « pensée unique ».

Compte tenu de la menace que représente l'intéressé face au ticket Thambwe - Boshab, la conférence des présidents des regroupements politiques du FCC a dû se réunir en urgence, le vendredi 19 juillet, aussitôt après l'adoption, par la plénière du Sénat, du calendrier électoral pour le scrutin. On croit savoir que les sociétaires de ce regroupement politique tenaient à s'assurer du soutien massif à apporter à leur ticket électoral, qu'ils espèrent gagnant.

La séance valait son pesant d'or, par ces temps où les rumeurs d'une victoire-surprise de Bahati courent avec persistance. A ce sujet, les anti-Thambwe-Boshab ne cessent d'évoquer l'épisode malheureux de Léonard She Okitundu, candidat de la Majorité Présidentielle super favori, sur papier, face à Kengo mais désillusionné par le secret de l'urne.

Aussi, lors de la réunion de vendredi dernier, chaque chef d'un regroupement politique pro-FCC a-t-il été appelé au respect de la consigne de vote consistant à faire gagner le ticket Thambwe-Boshab. On retient que le message est passé car tous les participants ont réitéré leur soutien à ce duo et leur fidélité à leur Autorité morale, Joseph Kabila. Une promesse ferme d'une mobilisation générale en faveur de ces deux candidats a été donnée à Néhémie Mwilanya, Coordonnateur de la plate-forme, qui passe pour l'œil et l'oreille de l'Autorité morale. Pendant cet exercice, tous les regards étaient tournés vers Néné Nkulu, qui représente désormais l'AFDC-A (Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés) au sein du FCC, en lieu et place de Modeste Bahati.

Pour l'instant, elle revendique le contrôle de la majorité des sénateurs de cette plate-forme restée attachée à la famille politique de l'ancien Chef de l'Etat. Comme elle l'avait fait savoir dernièrement à Jeanine Mabunda, présidente de l'Assemblée nationale, elle a promis un soutien total de l'AFDC-A au ticket Thambwe- Boshab. Entre-temps, de son côté, Bahati estime contrôler les sénateurs ayant levé l'option de prendre, comme lui, leur « indépendance » face au FCC.

L'enjeu du samedi 27 juillet au Palais du peuple va être de savoir si la gué-guerre Kabila-Bahati n'a pas provoqué des fissures dans les rangs de l'ensemble des sénateurs de ce regroupement politique, ceux de l'AFDC-A compris, de nature à remettre en cause sa « majorité numérique » au Sénat. Le dernier revers de Mende lors de l'élection du gouverneur du Sankuru, le samedi 20 juillet, alors que l'électorat était majoritairement FCC, est fort interpellateur au sujet de la cohésion des troupes qui se disent fidèles à Kabila mais qui, dans les urnes, sont capables du meilleur comme du pire.

Mardi : premier test

En dépit de l'hypothèse des impondérables à craindre, l'on continue de croire, dans le camp du FCC, que le ticket Thambwe-Boshab est solidement « construit » et que rien ne peut le mettre en difficulté samedi prochain. Un des participants à la réunion, Jean-Lucien Busa, a juré que les 90 sénateurs du FCC étaient acquis à la cause Thambwe Mwamba. Celui-ci représente à ses yeux, l'animateur expérimenté, compétent, respecté, à l'image de Kengo, dont a besoin le Sénat.

Signalons qu'après le dépôt de différentes candidatures, du samedi 20 au lundi 22 juillet, la journée de ce mardi 23 sera consacrée à leur examen et à leur approbation ou rejet par la plénière.

Une bataille juridique entre l'AFDC-A pro FCC et l'AFDC-A pro Bahati n'est pas à exclure. Elle pourrait avoir, comme pomme de discorde, la légitimité de l'existence de l'une ou de l'autre. On rappelle que Bahati brandit, à qui veut le savoir, l'arrêté du ministère de l'Intérieur lui reconnaissant la paternité de son regroupement politique. Si les juristes du FCC n'arrivent pas à le « déboulonner » sur le terrain de la régularité ou non de sa candidature, ils auront perdu le premier test mais la bataille des urnes, quant à elle, restera suspendue à la cohésion ou non des troupes de Joseph Kabila.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.