Soudan: Des représentants de l'opposition et de la société civile se concertent à Addis-Abeba

Khartoum — Une coalition de représentants de l'opposition soudanaise et de la société civile se sont réunis dimanche à Addis- Abeba, la capitale éthiopienne, dans l'optique d'aplanir les divergences au sujet de certaines réticences entravant encore la signature de façon finale de l'accord avec le Conseil militaire de transition (GMT) dont les premières initiales ont été paraphées mercredi, ont rapporté des médias.

Les réticences qu'ont encore les représentants de l'opposition et de la société civile ont contraint ces derniers à reporter la séance de la signature finale de l'accord en question qui devait avoir lieu, vendredi, à Khartoum.

La réunion d'Addis-Abeba vise, selon Rabah Mehdi, membre de l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), à atténuer d'abord les différences entre les différentes entités de cette coalition.

La coalition des représentants de l'opposition et de la société civile est composée de partis politiques, d'associations et de factions armées, selon les mêmes sources.

"Concernant le premier point, des commissions ont été formées au cours de cette réunion pour y travailler", a-t-il précisé.

"Pour ce qui est du second point qui a été exprimé notamment par les groupes armés, ce dernier n'a pas convaincu tous les présents", dira le membre de l'ALC.

"L'ALC estime que cette question est secondaire et que la priorité doit être donnée à la formation du gouvernement dés que possible", a fait observer M. Mehdi, ajoutant que les discussions vont se poursuivre et un accord devrait être trouvé dans les vingt-quatre heures.

L'autre point qui devrait faire objet de discussion à l'occasion de cette réunion, indique-t-on, est le point en rapport avec l'immunité absolue pour les militaires impliqués dans la répression des soudanais que réclame le Conseil militaire et que les Soudanais rejettent formellement.

Les représentants de l'opposition et le Conseil militaire de transition ont convenu mercredi dernier de la signature d'un accord devant servir de plateforme pour la gestion de la période de transition.

Cet accord a prévu en plus de la durée de la transition (39 mois) et la présidence de cette dernière (21 mois par les militaires et 18 mois par les civils), la création d'un "Conseil souverain" devant être composé de cinq militaires et six civils dont cinq issus de l'ALC, la formation d'un gouvernement qui doit être composé de compétences nationales indépendantes, ainsi que la création d'un Conseil législatif qui de devra avoir lieu qu'après la mise en place du Conseil de souveraineté et du gouvernement civil.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Gouvernance

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.