Tunisie: Législatives - Début du dépôt des candidatures sur fond d'imbroglio électoral

Le Parlement a modifié le mois dernier le code électoral, afin d'exclure certains candidats à l'approche des élections législatives et présidentielle prévues à l'automne.

Mais le président n'a pas ratifié le texte dans les délais impartis, et les conditions pour se présenter restent controversées alors que débute ce lundi le dépôt des candidatures aux législatives.

La modification de la loi électorale votée le 18 juin par l'Assemblée des représentants du peuple excluait tout prétendant à la présidence qui aurait distribué de l'aide directe aux citoyens, bénéficié de fonds étrangers ou de publicité politique dans l'année précédant le scrutin.

Ces dispositions taillées sur mesure visaient les favoris des sondages tels que Nabil Karoui, magnat des médias, Olfa Terras, venue du monde associatif, ou encore Abir Moussi, ex-membre du comité central du parti de l'ancien président Ben Ali.

Face au gouvernement qui affirmait, à travers cette initiative, protéger la démocratie, le président de la République a donc répondu par une absence de ratification. Un silence volontaire, selon ses conseillers, qui serait motivé par le refus de la stratégie gouvernementale d'exclusion.

Et les interprétations divergent sur l'application d'un texte objet de telles dissensions au plus haut niveau de l'État.

Si certains saluent le signe de démocratisation que constituent ces désaccords, d'autres s'indignent de calculs politiques à des fins personnelles témoignant d'un frein à la transition démocratique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.