Congo-Brazzaville: Tension entre UDPS et PPRD - Olenghankoy s'érige en sapeur-pompier

Le président du Conseil national de suivi de l'Accord du 31 décembre 2016 et du processus électoral (CNSA) est intervenu dans la tension grandissante entre l'UDPS et le PPRD à travers leurs instances d'encadrement des jeunes en invitant sur la table Fils Mukoko de l'UDPS dans l'optique de l'apaisement.

Les déclarations du combattant Fils Mukoko, secrétaire national de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et lors de sa dernière conférence de presse a fait monter la tension du côté du comité de la Ligue des jeunes du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), communément appelés les bérets rouges qui ont eux-aussi répliqué à travers un communiqué lu et largement partagé sur les réseaux sociaux. En fait, Fils Mukoko et les siens planifiaient d'organiser une marche pour manifester au Palais du peuple contre une probable élection d'Alexis Thambwe Mwamba à la tête du Sénat.

Ce début de crise a semblé s'étendre au niveau des plates-formes au sein desquelles se retrouvent les deux parties, notamment la plate-forme Cap pour le changement (CAP) pour l'UDPS et le Front commun pour le Congo (FCC) avec en son sein le PPRD, ternissant l'image du président de la République, Félix Tshisekedi, autorité morale de CAP et l'ancien chef de l'Etat, Joseph Kabila, autorité morale du FCC. Cette crise n'a pourtant pas lieu d'être d'autant plus que les deux plates-formes sont en coalition dans la direction du pays.

Et pour calmer ce relent de trouble qui germait, le Conseil national de suivi de l'Accord du 31 décembre 2016 et du processus électoral (CNSA) a rapidement pris les choses en main. Juste après la sortie médiatique Fils Mukoko, le président de cette institution, Joseph Olenghankoy, a adressé une invitation au jeune et bouillant combattant de l'UDPS. Et deux jours après, ce dernier avec sa délégation, accompagné de Me Peter Kazadi de l'UDPS, se sont rendus, le dimanche 21 juillet auprès du responsable du CNSA. « Il faut respecter les institutions du pays comme le CNSA. Aussi sommes-nous venus répondre à l'invitation du président. Nous avons tout abandonné, on ne va plus organiser de manifestation », a assuré Fils Mukoko au président du CNSA.

Joseph Olenghankoy lui a retracé l'historique de l'évolution politique récente du pays qui sort d'une situation de troubles. Et même que ces turbulences ne sont pas encore terminées au regard de ce qui se passe à Bunia dans l'Ituri ou dans l'est du pays. Le président du CNSA a fait voir à Fils Mukoko que la paix est encore fragile au pays qu'il ne devrait pas porter la responsabilité de la résurgence des troubles dans la capitale. Aussi, il n'y a aucun intérêt de créer des conflits à Kinshasa car les conséquences pourraient être incalculables non maîtrisées. « Le FCC et le CAP sont dans une alliance. S'il y a des problèmes, il faut les résoudre en interne ». Après l'intervention du président du CNSA, Fils Mukoko a donc décommandé la marche qui avait déjà été interdite par le gouverneur de la ville, Gentiny Ngobila. Il a promis de se retrouver avec « leurs frères » du PPRD et du FCC « pour faire la paix ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.