Ile Maurice: Baie-du-Tombeau - Comblement et travaux menacent la pêche

Cent quarante-sept pêcheurs, issus de Baie-du-Tombeau et Roche-Bois, sont directement concernés. Ils ont entamé, le samedi 20 juillet, une énième visite des lieux pour décider de la marche à suivre, en compagnie du syndicaliste Atma Shanto. L'Etat a entrepris des travaux de comblement et a bétonné une partie de la plage à Baie-du-Tombeau. Ces travaux ont été faits dans le but de pal- lier le problème d'érosion dans la région, selon des sources bien renseignées. Or les résidents expliquent, eux, qu'ils ressembleraient plutôt à une «sorte de promenade. Dans le but d'embellir le devant du campement de sir Anerood Jugnauth».

Deux problèmes sont à déplorer du côté des pêcheurs. Premièrement, ils n'ont plus de place pour chercher leurs appâts, avant d'aller à la pêche. «Nous avions, pendant des décennies, un permis en ce lieu. Maintenant, les pêcheurs de Baie-du-Tombeau doivent se rendre à Rivière-du-Rempart et ceux de Roche-Bois à Rivière-Noire. Ou truv sa normal ou ? Kouma nou pou travay ? Mo pa mem konn simé pou al Rivière-du-Rem- part mwa», explique Mamet, un des pêcheurs.

Autre problème : le comblement, avec des rochers, a été fait sur quelque cinq mètres dans la mer. «Nous avons été sommés de retirer nos bateaux. Ils ont aussi enlevé les algues. Cela pose problème pour attraper des poissons. Kot nou pou gard nou bato aster ? Kuman pou travay ? Nepli koné. Notre seul gagne-pain est en danger et personne semble comprendre que nous ne pouvons plus travailler dorénavant.»

Dans un premier temps, les 147 pêcheurs s'étaient tournés vers le ministère de l'Environnement et avaient relaté leurs craintes à Etienne Sinatambou. Mais cela n'a pas changé grand-chose. «Nous avons eu plusieurs rencontres. Les travaux ont été stoppés sur trois mois l'année dernière, avant de reprendre de plus belle.»

Pour l'heure, ils sont toujours en consultation pour décider de la marche à suivre. «Une manifestation dans un premier temps n'est pas à écarter durant cette semaine. Il faut définir le jour.» Ces pêcheurs lancent un dernier appel aux ministres de la Pêche et de l'Environnement. «Nous savons que les pêcheurs de Tamarin font, eux aussi, face au même problème. On les invite à ne pas rester tranquilles. Leur travail est en jeu. Il faut agir !»

Ce qui dérange aussi, à Baie-du-Tombeau, ce sont des drains qui se terminent en bord de plage. Le mouvement civique de Swanville a, pendant plusieurs années, attiré l'attention des autorités. Selon leurs dires, c'est à cause de ces drains que la région fait face à des inondations en cas de grosse pluie. Car plusieurs sont obstrués par des déchets en tout genre et ne sont pas entretenus régulièrement par le conseil de district de Pamplemousses.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.