Congo-Brazzaville: Sénatoriales partielles - Chris Antoine Walembaud entre déception et satisfaction

Battu par le candidat du Parti congolais du travail (PCT) dans le département du Pool, André Massamba, le porte-étendard de la Convention des partis républicains (Copar), Chris Antoine Walembaud, qui a salué la bonne organisation du scrutin, estime que la démocratie est encore à parfaire au regard du comportement de certains acteurs.

L'élection sénatoriale partielle dans le département du Pool a été soldée le 21 juillet par la victoire du PCT 61 voix contre 49 pour la Copar. Dans une interview accordée à la presse au lendemain du vote, le candidat « des forces politiques de l'opposition républicaine » éprouve un sentiment à deux référentiels. « D'un côté, c'est un sentiment de déception pour la démocratie, mais de l'autre un sentiment de satisfaction parce que d'aucuns pensaient que cela devrait être facile pour eux étant donné que la Copar ne disposait que de huit conseillers dans le Pool sur un corps électoral de 111 électeurs », a déclaré Chris Antoine Walembaud.

Selon lui, contrairement à ce que pensait le PCT qui parlait d'une victoire écrasante, le message du candidat de la Copar a suscité des adhésions. En effet, le PCT qui compte 43 conseillers dans le Pool a dû bénéficier du soutien de ses alliés comme le Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral, la Dynamique républicaine pour le développement, le Rassemblement citoyen et le Parti pour l'unité, la liberté et le progrès. « C'est un exploit, la lecture politique qu'on fait, c'est que nous avons gagné puisque si l'on affecte à toutes les composantes de la majorité présidentielle un pourcentage, il est de 37%. Il ne nous a manqué que sept conseillers car la barre était à 56 voix », s'est-il réjoui, précisant que la Copar a prouvé, à travers cette élection, son ancrage réel dans le département du Pool.

Quelques manquements constatés

S'inclinant devant les résultats des urnes, le président du Congrès des démocrates africains a dénoncé l'utilisation massive des procurations par ses adversaires. D'après lui, sur un corps électoral de 111 votants, le PCT a obtenu huit voix par procuration pour des conseillers décédés et ceux qui ont porté leur dévolu sur sa candidature. Selon lui, les conseillers ont été séquestrés et menacés pendant trois jours dans un hôtel avant d'être transportés dans un bus le jour du vote. « Ils ont perçu les per diem le matin du vote alors que ce n'est pas autorisé parce que la campagne était clôturée depuis le 19 juillet. Ils ne sont pas des démocrates, je suis désolé.... Le ministère de l'Intérieur a sécurisé le vote. Nous sommes satisfaits de l'organisation du scrutin malgré ces manquements, nous félicitons celui qui a gagné et lui souhaitons bon vent », a conclu Chris Antoine Walembaud.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.