Congo-Kinshasa: Ebola - Fuite en avant du ministre Ilunga !

23 Juillet 2019

Si le ministre de la Santé, Oly Ilunga, croyait créer l'événement en démissionnant bruyamment d'un gouvernement dont l'ensemble des Congolais souhaite qu'il puisse débarrasser rapidement le palier, c'est raté. S'il pensait rendre le Chef de l'Etat responsable du flottement des stratégies de riposte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola et le jeter en pâture à la communauté tant nationale qu'internationale, il s'est foutu lui-même le doigt dans l'œil.

Comment ce membre de l'équipe Tshibala ne pouvait-il pas comprendre qu'à la lumière des résultats mitigés récoltés par les équipes de riposte, dont il a coordonné les activités pendant onze mois, soit d'août 2018 à juillet 2019, son cabinet ministériel a montré ses limites ?

Que voulait-il ? Que le Chef de l'Etat continue à le laisser faire du tourisme ou du business entre Kinshasa, Bunia, Beni, Butembo et les capitales européennes, pendant que la maladie à virus Ebola élargissait sa sphère de personnes touchées et de morts, et que les partenaires, notamment l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l'Union Européenne, les Etats-Unis d'Amérique et autres, commençaient à s'interroger sur ce qui passait réellement sur le terrain ?

Il est scandaleux de constater que le ministre de la Santé ait démissionné en évoquant, pour cause, son absence dans le Secrétariat technique mis en place par le Chef de l'Etat, sous la coordination du professeur Muyembe Tamfum, un spécialiste mondialement connu dans la lutte contre Ebola. S'il avait pris soin de s'informer sur le CV de cet expert, il se serait épargné le ridicule qui risque de le pourchasser, pendant longtemps, dans sa fuite en avant face à Ebola.

Qu'il nous soit permis de rafraichir la mémoire du ministre démissionnaire de la Santé en lui rappelant que le professeur-docteur Muyembe, microbiologiste de son état, est de tous les combats contre les épidémies en RDC comme en Afrique, depuis 1976, année de l'apparition de la célèbre épidémie de Yambuku ou de Marburg, ancêtre d'Ebola. C'est avec Muyembe comme coordonnateur des équipes de riposte que l'ex-Zaïre avait eu raison, en un temps record, des épisodes d'Ebola à Kikwit dans les années 80, sous la dictature de Mobutu, qui s'était incliné devant son expertise. Lorsque la localité de Djerba, dans l'ex-province de l'Equateur, a été récemment attaquée par Ebola, ce médecin avait fait étalage de ses connaissances et son expérience dans la lutte.

C'est encore lui qui était au fur et au moulin, dans la mise en œuvre des équipes de riposte contre le virus à Ebola au Gabon, en Guinée/Conackry, en Sierra Leon et au Liberia. En Afrique et dans le monde, personne n'a jamais remis en cause le travail du professeur-docteur Muyembe, devenu le point focal des partenaires extérieurs qui se mobilisent spontanément dès que l'épidémie d'Ebola s'annonce quelque part à travers le continent.

Ce n'est pas un hasard s'il pilote, depuis plusieurs années, l'INRB, Institut National de Recherches Bio-Médicales, dont l'efficacité dans les analyses des échantillons de sang, de salive et de selles prélevés sur les sujets suspectés d'être porteurs du virus à Ebola est également reconnu mondialement.

L'ex-ministre Santé peut tout dire, sauf accuser le Chef de l'Etat d'avoir fait un mauvais choix en confiant au Dr Muyembe la direction du Secrétariat technique chargé de réactiver la lutte contre Ebola dans la partie orientale du pays. Mauvais perdant, Oly Ilunga prédit des jours sombres pour la RDC, dans son combat contre Ebola, sans en maîtriser les paramètres et, surtout, sans avouer avoir lamentablement échoué comme représentant du Chef de l'Etat dans les équipes de riposte. On retient de ce démissionnaire de dernière heure, l'image d'un lâche, qui n'a pas eu l'honnêteté ni le courage d'avouer ses insuffisances dans la gestion de son portefeuille ministériel. Il aurait dû, avant de quitter son ministère, expliquer à la communauté nationale et internationale pourquoi il pompait, au quotidien, des communiqués rassurants sur l'évolution de la riposte contre Ebola, alors que la situation virait à la catastrophe. On espère qu'il reviendra faire publiquement son mea culpa, dès que la RDC aura proclamé sa victoire sur Ebola, comme par le passé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.