Algérie: La production des machines de dévasement des barrages avant fin 2019

Alger — L'Algérie produira avant la fin de l'année en cours les engins de dévasement des barrages, a annoncé le ministre des Ressources en eau, Ali Hammam.

Dans un entretien accordé à l'APS , M. Hammam a précisé qu'avec fin 2019, l'Algérie pourra produire localement ces machines par l'entreprise publique "ALIECO" (Entreprise nationale des équipements industriels), ajoutant que la production de ces engins coïncidera avec le lancement d'un nouveau programme d'entretien des barrages qui se prolongera jusqu'à l'année 2025 et concernera l'ensemble des grands barrages et moyens barrages à travers le territoire national.

Le dévasement des barrages permettra d'améliorer la qualité des eaux et de renforcer leur capacité de stockage, a expliqué le ministre, relevant que cette opération sera confiée à trois (03) entreprises algériennes en recourant à des engins, importés par le passé de l'étranger.

Lire aussi: Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du Choléra

Rappelant que les premiers engins devaient sortir des usines au cours du 1er semestre de 2019, le ministre a indiqué que cette opération a été retardée à fin 2019 faute de moyens financiers.

Le ministre a rappelé, dans le même cadre, qu'un programme de dévasement de 10 barrages était mené par l'Agence nationale des barrages et transferts (ANBT), un organisme auquel il a été confié l'élaboration du cahier decharges et le lancement des appels d'offres en vue de la sélection des entreprises de réalisation.

L'Algérie dispose actuellement de 80 grands barrages d'une capacité dépassant 9 millions de M3, a fait savoir M. Hammam.

15 stations de dessalement de l'eau de mer à l'horizon 2021

S'agissant des stations de dessalement de l'eau de mer, M. Hammam a affirmé que leur nombre s'élèvera à 15 stations à l'horizon 2021, tandis que les opérations d'appels d'offres seront prochainement lancées pour la sélection de l'entreprise qui réalisera quatre nouvelles stations.

Il est à noter que les 11 stations de dessalement que compte l'Algérie permettent de produire 17% de la quantité totale d'eau potable consommée au niveau national, selon les explications du ministre qui affirme que ce taux s'élèvera à 25% avec l'entrée en service de ces nouvelles stations.

Il a rappelé en outre que la capacité de production de ces 11 stations avait atteint 2.110.000 mètres cubes/jour, soit l'équivalent de 770 millions de mètres cubes/an, ce qui permet de fournir l'eau potable au profit de 7.189.904 personnes à travers les différentes wilayas du pays.

Ces stations se trouvent dans les wilayas de Chlef, Tlemcen, Alger, Skikda, Mostaganem, Oran, Boumerdes, Tipaza et Ain T'émouchent.

Les nouvelles stations permettront de produire 770.000 mètres cubes/jour, a ajouté le ministre, citant la station de l'Ouest de la capitale qui produira 300.000 mètres cubes/jour, 200.000 mètres cubes devant être consacrés à l'approvisionnement, 24h/24, des régions ouest d'Alger, et les 100.000 restants à la satisfaction des besoins de la wilaya de Blida.

A ce titre, la future station de Chet (Taref) d'une capacité de 300.000 mètres cubes/jour permettra de sécuriser et d'assurer l'approvisionnement en eau potable dans les wilayas de Taref, Annaba, Guelma et Skikda, outre les deux stations de Skikda d'une capacité de 70.000 mètres cubes et de Béjaia de 100.000 mètres cubes/jour, a-t-il indiqué.

Lire aussi: Eau de source et minérale: plus de 60.300 m3 produits par jour

Par ailleurs, la gestion de ces stations est assurée par les ministères des Ressources en eau et de l'Energie, représenté par l'une des filiales de Sonatrach, a précisé le ministre, ajoutant que durant les périodes d'entretien annuel des stations, l'on fait recours aux eaux des barrages en vue de rattraper la fluctuation dans la distribution des eaux au niveau des régions concernées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.