Maroc: L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne

La Caravana Abriendo Fronteras met en lumière des pratiques d'un autre âge

La situation des saisonnières en Espagne a fortement marqué la dernière étape de la Caravane Ouverture des frontières (La Caravana Abriendo Fronteras), dont l'objectif est de tenir des rassemblements dans différentes villes espagnoles, en soutien à plusieurs causes des droits humains (situation des ouvrières étrangères en Espagne, Flottille de la liberté pour la solidarité avec le peuple palestinien ... ).

Lors de la dernière étape organisée le week-end dernier, cette caravane a fait escale à Huelva, dont les champs accueillent des milliers de saisonnières pour la collecte des fruits. Des femmes vulnérables, généralement sans mari et avec des enfants à charge.

L'affaire des abus sexuels et de viol commis sur elles par les superviseurs de la cueillette des fraises en Espagne a été mise au grand jour pour la première fois en avril 2018 par la version allemande du site Buzzefeed News. Des saisonnières marocaines ont porté plainte pour harcèlement sexuel et tentative de viol.

Le collectif Mujeres 24 h (Femmes 24 heures) qui a pris part à cette caravane a critiqué les traitements dégradants et les conditions d'exploitation que certaines entreprises de Huelva imposent à des travailleurs étrangers dont la majorité sont des femmes (90% des travailleurs étrangers dans les champs de cette ville andalouse sont des femmes).

Ce collectif dénonce le fait de priver ces femmes de leur passeport et de leur salaire jusqu'à l'approche de la fin de la saison de collecte. Cette mesure vise à contrôler leur liberté de mouvement jusqu'à ce qu'elles soient libérées de leurs obligations contractuelles. Il dénonce également le fait d'allonger les journées de travail sans payer les heures supplémentaires.

Les personnes participantes à cette caravane ont eu l'occasion d'entendre les témoignages des travailleuses migrantes. Certaines d'entre elles ont dissimulé leur identité devant les caméras, de sorte qu'elles ne soient pas identifiées et s'exposer ainsi aux critiques de leurs familles auxquelles elles cachent leur véritable situation.

«Toutes ces femmes, originaires du Maroc et du Sénégal, ont une histoire commune : elles sont venues à la recherche d'une vie meilleure, avec l'idée de travailler. Toutes ont été victimes d'entrepreneurs qui ne payent pas ce qu'ils promettent et les rejettent quand ils n'en ont plus besoin. Mais elles ont également trouvé la solidarité dans leur environnement», ont indiqué les organisateurs de la Caravane Ouverture des frontières.

Il convient de rappeler qu'un protocole général de coopération pour l'accompagnement des saisonnières agricoles marocaines recrutées dans la province de Huelva a été signé en avril dernier à Séville.

La signature de ce protocole est «une preuve de l'intérêt que la Fondation trois cultures de la Méditerranée, le gouvernement andalou et l'Association patronale partagent pour le développement d'activités favorisant la participation et l'intégration sociale, économique et culturelle de la communauté marocaine travaillant dans la société andalouse», a souligné à l'époque un communiqué du gouvernement andalou. Et la même source de relever «le grand engagement» du gouvernement marocain pour offrir les meilleures conditions possibles aux ouvrières agricoles, à travers le programme IntegrArte, mis en place par la Fondation avec le concours des autorités marocaines».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.