Ile Maurice: Escroquerie alléguée - Arrêté, l'ami de Barlen Vyapoory passe la nuit en clinique

Recherché depuis octobre 2018 pour l'émission d'un chèque en bois, Roddy Ramsamy, le «Chief Executive Officer» de Karthi Holdings Limited, a été arrêté par la police de Roche-Bois hier, lundi 22 juillet pour l'émission d'un chèque sans provision d'un montant de Rs 150 000. Après son arrestation, l'ami du président a eu des ennuis de santé et a passé la nuit dans une clinique privée. Même s'il a déjà remboursé la totalité de la somme, Roddy Ramsamy devra être traduit en cour s'il quitte l'établissement de santé aujourd'hui.

«Votre article est complètement faux», est venu dire Roddy Ramsamy, Chief Executive Officer (CEO) de Karthi Holdings Limited (KHL), à la direction de La Sentinelle, hier. L'express avait révélé que cet homme, un proche de Barlen Vyapoory, dont il bénéficie, selon les dires du président de la République par intérim luimême, du «sponsoring», est en fait recherché par la police depuis octobre 2018 pour l'émission d'un chèque en bois. Or, le démenti du CEO de KHL est vite tombé à l'eau car il a été embarqué par police à sa sortie des locaux de La Sentinelle.

«Je vous invite à investir à Maurice via Karthi Holdings Limited (KHL) et son CEO, Roddy Ramsamy, qui bénéficie de mon sponsoring», avait dit Barlen Vyapoory dans une vidéo adressée aux investisseurs sud-africains. Lors du tournage du clip dans le bureau présidentiel, Roddy Ramsamy était présent. Sauf que celui que le président de la République par intérim avait présenté comme un homme de confiance faisait, à ce moment précis, l'objet d'une déposition pour l'émission d'un chèque en bois. Cette information a été révélée par l'express la semaine dernière et une copie du chèque de Rs 150 000 publiée. Révélation qui est intervenue un mois après que l'émission Menteur Menteur ait révélé les liens entre Barlen Vyapoory et Karthigasen Moothsamy, le chairman de KHL. Entretemps, Roddy Ramsamy a refusé toutes nos demandes d'interview. Mais hier, il a, de son plein gré, contacté l'express pour démentir l'allégation de l'émission du chèque en bois.

La requête formulée par Roddy Ramsamy en vue de nous rencontrer ayant été agréée, il est venu et a rencontré un membre de la direction, une responsable éditoriale et le présentateur de l'émission Menteur Menteur, Axcel Chenney, également l'auteur de l'article «Escroquerie alléguée : le chèque qui embarrasse la présidence». «Votre article est infondé. Il n'y a jamais eu de chèque,je ne suis pas recherché, je suis allé au poste de RocheBois hier (NdlR, dimanche) et il n'y a rien contre moi», at-il soutenu. Respectant son droit à une réponse, nous sommes tombés d'accord pour qu'il nous accorde une interview ultérieurement.

Mais voilà, qu'à 14 h 45, s'apprêtant à quitter les lieux, Roddy Ramsamy, qui était manifestement pris en filature, a été interpellé dans sa voiture par quatre policiers du poste de Roche-Bois. Il a d'abord essayé de s'expliquer face à la demande des policiers de le suivre. «Dimounn-la ki dwa mwa», lance-t-il. «Sa ou al dir dimounn-la. Ou koz ar mwa avan», répond le policier. «Ou siniatir sa ?» lui demande-t-il. «Oui», concède Roddy Ramsamy. «Bé ou vinn ar mwa», conclut le policier.

Conduit au poste dans le véhicule de la police, le CEO de KHL a, sur place, refusé de consigner sa déposition. Par la suite, il a été transféré à une clinique privée et entre temps, il a épongé ses dettes. Cependant, même s'il a payé, Roddy Ramsamy sera tout de même traduit en Cour et ce sera au Directeur des poursuites publiques de trancher.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.