Congo-Kinshasa: Réflexion sur le service militaire obligatoire pour les jeunes diplômes d'Etat en RDC

Dans votre livraison du 3 juillet 2019 (Journal la Prospérité) nous avons lu avec beaucoup d'intérêt la lettre que Maître Constant MUTAMBA a adressé à Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l'Etat et Commandant Suprême des Forces Armées et de la Police Nationale, au sujet de l'instauration du service militaire obligatoire pour tous les jeunes diplômés d'Etat dans notre pays.

Maître MUTAMBA justifie sa pensée par la nécessité de préparer la jeunesse congolaise à l'autodéfense face à l'insécurité grandissante à l'Est du pays et aux menaces récurrentes d'insurrection auxquelles se livrent certains de nos compatriotes.

En lui inculquant par le service militaire, l'esprit de discipline, de sacrifice, de persévérance et de volontariat, tout en louant cet élan patriotique manifeste dans le Chef de notre compatriote, le caractère onéreux d'une politique de cette envergure dans les circonstances actuelles m'enjoint d'y opposer quelques réserves.

Le budget actuel de l'Etat ne permet pas de s'engager dans un programme de service militaire obligatoire, car cette démarche serait de résoudre à asphyxier les finances publiques.

Plusieurs pays développés ont par ailleurs abandonné ce programme jugé suicidaire pour le budget de l'Etat.

Toutefois, il va sans dire que la République Démocratique du Congo est un vaste territoire au cœur de l'Afrique, avec ses 2.345.000 km² et ses 9.165 km des frontières avec ses voisins, doit obligatoirement disposer pour sa sécurisation d'une véritable Armée professionnelle et dissuasive.

C'est donc à juste titre que le Président de la République a beaucoup insisté sur la réforme des Forces Armées pour l'instauration de la Paix et de la stabilité politique, gage d'une bonne administration de l'ensemble du territoire national, préalable incontournable du développement.

La situation actuelle de nos Forces de défense exige une restructuration profonde à tous les niveaux des Etats-Majors et des Unités combattantes (c'est un travail de longue haleine).

Pour ce faire, l'Armée Nationale a besoin de son cadre instructeur pour entrainer les recrues dans les Centres d'entrainement. Il existe des Centres d'instruction pour les recrues afin d'y suivre un entrainement solide de plus de 6 à 9 mois, avant d'être mutées vers les Unités combattantes ou logistiques selon le planning établi par le Ministère de la Défense Nationale.

Pour nos jeunes diplômés d'Etat, ils ont la possibilité d'embrasser la carrière militaire en présentant un concours pour être admis à l'Ecole de Formation d'Officiers à l'EFO/Kananga ou à l'étranger à travers un programme de bourse.

A titre de rappel et pour bien accomplir ce programme, le Gouvernement a besoin de reprendre la coopération militaire avec des pays amis (Belgique, France, USA, sans oublier l'Israël).

Les Etats-Unis d'Amérique ont mis à la disposition des pays africains des troupes dans le cadre du programme "AFRICOM" pour aider les Armées africaines dans l'entrainement et la modernisation de leurs Forces. Ces troupes AFRICOM sont basées provisionnement en RFA.

L'idée de Maître CONSTANT MUTAMBA pour instaurer le système de service militaire obligatoire dans notre pays est louable, mais pas nécessaire pour le moment.

Général (er) A. MALU-MALU DIANDA

Ambassadeur

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.