Congo-Kinshasa: Prison Centrale de Matadi - Un constat alarmant du ministre provincial de la Justice et Droits humains

Dans son souci de palper du doigt les réalités sur le fonctionnement de quelques services de son secteur qui présentent à ce jour plusieurs tares, le ministre provincial de la Justice et Droits humains, Maître Edouard Samba Nsitu, a entrepris une tournée à travers les maisons carcérales et pénitentiaires de Matadi.

La même tournée va s'étendre sur toute l'étendue de la province du Kongo Central, avons-nous appris des sources de ce ministère. Une façon pour le nouveau ministre de se faire une idée sur la dose thérapeutique qui devra être administrée pour remettre de l'ordre dans la boutique.

Il ressort de cette première visite effectuée à la Prison Centrale de Matadi que cette dernière ressemble à un mouroir où les détenus vivent dans des conditions infrahumaines dues à plusieurs facteurs. Le constat est amer, a reconnu Edouard Samba. Cette prison de Camp Molayi prévue pour une capacité d'accueil de 150 détenus compte actuellement plus de 724 pensionnaires dont 14 femmes et 1 mineur. Un surpeuplement qui serait à la base de la contamination de certaines maladies infectieuses entraînant régulièrement morts d'hommes.

Le manque de nourritures et de produits pharmaceutiques sont aussi parmi ces problèmes cruciaux rencontrés par le ministre provincial Edouard Samba Nsitu dans cette vieille prison datée de l'époque coloniale. Il faudrait souligner également des irrégularités procédurales parmi les causes de cette surpopulation qui, par conséquent, crée un mauvais environnement de travail pour le personnel commis à la gestion de la Prison centrale de Matadi.

Le ministre Edouard Samba a déploré la longue durée observée dans le prononcé de jugement qui serait à la base de la longue détention préventive. Il existerait au sein de l'appareil judiciaire un véritable conflit de compétences voire de violations flagrantes des droits de l'homme. Fort émue de la situation alarmante rencontrée à la Prison centrale de Camp Molayi, Edouard Samba pense qu'il faudra à tout prix améliorer les conditions de détention des pensionnaires quand bien même ils seraient en conflit avec la loi.

C'est dans ce contexte qu'il estime qu'il s'avère nécessaire et urgent de voir dans quelle mesure trouver une solution palliative à cet épineux problème. Toutefois, au regard de certaines irrégularités et insuffisances qu'il a dû observer au sein de l'appareil judiciaire, Me Edouard Samba pense qu'il est temps d'agir. C'est ainsi qu'il n'entend ménager aucun effort avec l'appui du gouvernement provincial sous la houlette d'Atou Matubuana pour des solutions idoines.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.