Madagascar: Fort-Dauphin - Une ancienne zone d'établissement française

Naturaliste pour les uns, géographe pour les autres, Etienne de Flacourt est avant tout un administrateur colonial français.

La France avait fondé plusieurs colonies en Amérique et en Asie au XVIIe siècle. Ces colonies continuèrent de s'agrandir ou à s'enrichir pendant la période du règne de Louis XIV (1638-1715). Comme tous les pays occupés par les Français, Madagascar était au début un pays d'escale, ensuite devenu comptoir, et enfin une zone d'occupation.

En 1540, les Portugais fondent dans le sud de Madagascar un petit établissement. Après quelques années, ils quittent le lieu à cause de l'hostilité naturelle. Entre 1598 et 1599, une flotte hollandaise découvre l'île Maurice et y installe un comptoir. Ils croisent souvent les côtes du sud-est et du sud de Madagascar et entrent en relation avec les autochtones. Si au départ leurs contacts avec Madagascar se limitent au trafic d'esclaves, au début du XVIIe siècle, ils tentent une installation permanente dans la Grande Île, mais ils renoncent à cause du climat. Vers la première moitié du XVIIe siècle, les Anglais essayent également de créer un établissement à Saint-Augustin, mais comme leurs prédécesseurs, ils abandonnent la région. Selon les rapports des navigateurs européens, Madagascar possède une « richesse fabuleuse en mines d'or et d'argent et en pierres précieuses ». Alors, pour accroître la puissance de la France, le royaume encourage les Français à y installer un comptoir. En 1640, la Société de l'Orient est créée à Paris. Cette compagnie, qui a pour but de commercer avec les colonies, associe plusieurs bourgeois riches et des navigateurs. Financés par la Société, les colons français plantent le drapeau tricolore sur le sol malgache.

Les pionniers. Premier représentant de la compagnie, Jacques Pronis débarque dans la région Est de Madagascar. Selon l'historien A. Doyen, « arrivé dans la baie d'Antongil, en septembre 1642, Jacques Pronis prend possession de Madagascar au nom du Roi de France. Il descend à Sainte-Luce où le climat lui fait perdre une dizaine de marins affaiblis par le voyage. Aussi, en 1643, Jacques Pronis quitte ce poste malsain. Il découvre au sud-est de la Grande Île, dans une baie admirable, une presqu'île au relief élevé, qui lui semble faite pour une colonie comme la sienne, obligée de n'entretenir que de prudentes relations avec les autochtones. Il y amène donc ses premiers marins, en plus d'une soixantaine d'engagés que lui avait apporté le second navire. Fort-Dauphin était créé ». Ainsi, Pronis s'autoproclame le gouverneur du Fort. Il entretien une relation intime avec une femme de la région. Cela irrite les Français car il gaspille les biens de la Société au profit des parents de sa conjointe. De leurs cotés, les autochtones sont hostiles à l'installation française. En 1646, une révolte éclate. Suite à la situation, les affaires commerciales ne marchent pas comme prévu. En 1647, les actionnaires de la Société décident d'envoyer Etienne de Flacourt pour examiner la situation. Il mène une enquête et renvoie Jacques Pronis en France en 1648.

Une fois installé, Etienne de Flacourt remet de l'ordre à Fort-Dauphin. Cependant, il rencontre des difficultés. Pendant presque six ans, il ne reçoit pas le soutien de la France. Durant ce temps, il effectue quand même une exploration. Sa curiosité l'amène à étudier le sud de Madagascar, aussi bien dans le domaine géographique qu'ethnologique. En 1649, alors que la colonie commence à être prospère, la Société de l'Orient fait faillite. Ignoré par la compagnie, Etienne de Flacourt retourne en France en 1655...

L'occupation française dans le sud de Madagascar a conduit à celle de Bourbon (La Réunion) et l'île de France (l'île Maurice), qui servaient au début de lieux de ravitaillement. En effet, le sud-ouest de l'océan Indien était un territoire français à partir du XVIIe siècle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.