Afrique: Le changement climatique va impacter sur la productivité des économies

Incendies, cyclones, sécheresses, températures extrêmes... sont les effets les plus connus du changement climatique. Des études sont unanimes : le réchauffement climatique a des effets négatifs sur la productivité des économies de nombreux pays.

C'est le continent africain, considéré comme le moins développé du monde, qui est le plus exposé à cette nouvelle forme de risque économique. D'après l'Organisation internationale du travail (OIT), le réchauffement climatique augmente le stress thermique à des effets négatifs sur les emplois en Afrique. Les hausses de températures contribuant à rendre les conditions de travail de plus en plus difficiles.

Le rapport de l'OIT a mesuré les tendances du marché africain de l'emploi par rapport au changement climatique au cours des vingt-quatre dernières années, tout en réalisant des projections pour l'année 2030.

De l'étude, il ressort aussi que les hausses de températures contribuent à augmenter la proportion d'emplois de moindre qualité sur le continent. Cette situation est d'autant plus alarmante que l'Afrique souffre déjà d'un énorme déficit en emploi de qualité, qui a entraîné une propagation des emplois vulnérables. Une large part de la population active du continent occupe des emplois informels, généralement caractérisés par des niveaux élevés de pauvreté et d'inégalité.

D'après l'OIT, l'Afrique enregistre la proportion la plus élevée au monde de travailleurs peu susceptibles d'occuper un emploi formel, avec environ 66% de l'emploi total actuel du continent. Selon les estimations, deux quatre-vingt-dix millions de travailleurs africains étaient employés dans le secteur informel en 2017 et ce nombre a augmenté de près de neuf millions en 2018, la plus forte augmentation ayant eu lieu en Afrique subsaharienne. Sans oublier que " Les travailleurs du secteur informel n'ont généralement pas accès à la protection sociale et à l'assurance accidents et blessures, ce qui les rend particulièrement vulnérables aux effets négatifs du stress thermique sur leurs moyens de subsistance " , a indiqué l'OIT, dans son rapport sur l'impact du stress thermique sur les emplois.

Une perte de productivité croissante

L'exposition des emplois vulnérables au stress thermique induit par le changement climatique entraîne une perte de productivité des travailleurs africains.

D'après l'OIT, plus de 129 millions de travailleurs étaient employés dans le secteur agricole en Afrique. D'ici la fin de la prochaine décennie, l'institution envisage que ce chiffre atteigne les 290 millions d'employés, soit 48% de la main d'œuvre totale du continent. La part des travailleurs de la construction, devrait également augmenter sur le continent, passant de 3% la population totale active du continent en 1995 à 5% en 2030. Cependant, les experts indiquent que ces secteurs qui emploient la plupart des Africains (principalement dans le secteur informel) sont les plus particulièrement exposés à une perte de productivité liée au changement climatique.

Une chute des rendements attendue

Ceci, en raison de "la nature physique de leur travail, qui s'effectue principalement à l'extérieur et implique une exposition directe à la chaleur ". Ces pertes de productivité se mesurent en fonction du nombre d'heures de travail perdues, en raison du stress thermique. En 1995, par exemple, l'institution estimait à deux cent trente millions d'individus, le nombre total de travailleurs en Afrique. Environ 1,3 % du nombre total d'heures de travail fournis par ces derniers ont été perdues en raison du stress thermique, ce qui correspond à près de trois millions d'emplois à temps plein. Près de 89% de cette perte de productivité est survenue dans le secteur de l'agriculture. Cette tendance devrait s'accélérer d'ici à 2030, où près de 2,3% des heures de travail seront perdues en Afrique. Alors que le nombre total de travailleurs du continent est projeté à 610 millions d'individus pour la période, cette perte de productivité correspondra à plus de 14 millions d'emplois à temps plein. "L'impact de ces pertes de productivité sur les rendements de l'agriculture de subsistance et, partant, sur les prix des denrées alimentaires, se traduira par une pauvreté accrue et une plus grande insécurité alimentaire", indique le rapport.

L'effet du stress thermique se répercute également sur le produit intérieur brut (PIB) des pays africains. D'après les chiffres de l'OIT, les pays africains ont perdu en moyenne 0,9 % de l'ensemble leur PIB à cause du stress thermique. D'ici à 2030, cette perte augmentera à 1,8%.

Des disparités profondes

Même si les résultats globaux de l'Afrique dépeignent une situation alarmante, l'analyse des perspectives régionales soulignent des disparités profondes au sein même du continent. Celles-ci sont liées aux différences de climat et de composition de la population active qu'on retrouve dans chaque pays. Ainsi, l'Afrique de l'ouest est la région où les emplois sont les plus touchés par le stress thermique. Pour plusieurs pays de la sous-région tels que le Ghana ou la Côte d'Ivoire, les pertes de productivité du travail dépassaient 4 % de la durée totale du travail en 1995, soit bien au dessus de la moyenne continentale.

D'ici à 2030, le pourcentage d'heures de travail perdues atteindra près de 7 % dans de nombreux pays de la région, ce qui équivaudrait à 8,9 millions d'emplois à plein temps pour l'Afrique de l'ouest, dont 3,6 millions d'emplois pour le Nigéria seulement. Au Bénin, en Côte d'Ivoire, au Ghana et au Togo, les secteurs de l'agriculture et de la construction devraient enregistrer des pertes de temps de travail supérieures à 10%. Alors que ces pays essayent d'agrandir leurs économies pour relever le défi du développement, le stress thermique lié au changement climatique pourrait plomber leurs perspectives de croissance. D'après l'OIT, la part du PIB perdue par le Burkina Faso, en raison du stress thermique d'ici à 2030 atteindra les 9,1%, en hausse par rapport aux 4,2% enregistrés en 1995.

A contrario, l'Afrique australe est la région du continent enregistrant le plus faible taux de perte de productivité lié au stress thermique. D'après l'OIT, cela peut s'expliquer d'une part par l'éloignement de ces pays de l'équateur, leurs hautes altitudes et leurs climats plus tempérés, et d'autre part par la moindre part de l'emploi agricole dans la sous-région, où il ne représente que 19 % de l'emploi total. Ainsi, alors qu'en Eswatini (pays le plus touché de la région), l'impact thermique entraînera des pertes d'emploi de seulement 0,5% d'ici à 2030, l'impact du phénomène sur la productivité du travail au Lesotho est pratiquement nul.

En plus de réduire la productivité des économies, ces disparités peuvent alimenter des déplacements massifs de travailleurs, qui préféreront fuir les zones où les conditions de travail sont plus difficiles, pour des zones moins exposées au stress thermique.

Une réponse internationale lente

Malgré une prise de conscience collective depuis plusieurs années, force est de constater que les efforts déployés pour lutter contre le fléau sont encore insuffisants. Depuis la conférence mondiale sur climat ayant eu lieu en 1979 à Genève, de nombreuses actions ont été annoncées par les pays pour réduire les effets du changement climatique. Le stress thermique lié au changement climatique pourrait plomber les perspectives de croissance.

En 2015 à Paris, de nombreux pays signaient l'accord sur le climat visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, dont les pays du G20 sont responsables à près de 80%. Quatre ans après l'événement, les actions dans ce sens piétinent toujours, et l'arrivée au pouvoir de dirigeants climato-sceptiques tels que Donald Trump, aux Etats-Unis ou Jair Bolsonaro, au Brésil, plombent encore plus les espoirs d'arriver rapidement à un consensus mondial sur la question.

Quatre ans après l'événement, les actions dans ce sens piétinent toujours, et l'arrivée au pouvoir de dirigeants climato-sceptiques tels que Donald Trump, aux Etats-Unis ou Jair Bolsonaro, au Brésil, plombent encore plus les espoirs. Alors qu'elle est le continent qui pollue le moins notre planète, l'Afrique subit de plein fouet les ravages de cette inaction à l'échelle mondiale. Au sein du continent, les priorités ont été définies ces dernières  années: accélérer les investissements dans les secteurs clés (infrastructure, formation, commerce, etc.) pour atteindre les objectifs de développement durable et respecter l'agenda 2063 de l'Union africaine .

Pour ce faire, il semble évident que les pays du continent doivent mobiliser toutes les ressources nécessaires pour que la croissance économique puisse suivre le rythme de la croissance démographique, alors que la population africaine est prévue pour doubler d'ici 2050.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.