Togo: Le secteur privé a-t-il raison de s'inquiéter ?

23 Juillet 2019
interview

Le secteur privé ne voit pas forcément d'un bon œil la mise en œuvre de la Zone de libre échange continentale (Zlec). Le projet de l'Union africaine vient d'être officiellement lancé, mais il faudra des années avant qu'il ne soit effectif.

Les entreprises togolaises redoutent, à terme, de perdre leurs marchés régionaux face à des concurrents issus de puissances économiques (Nigeria, Afrique du sud, Kenya ... ).

Des assurances ont été données mardi par la Direction du commerce extérieur.

'Il suffit juste de bien ficeler notre stratégie et que les entreprises se mettent à niveau et ces menaces vont se transformer en opportunités', a assuré Katchali Batchassi, le directeur du Commerce extérieur.

 Faut-il avoir peur de la Zlec ?

L'opérationnalisation de l'accord va sans doute occasionner des inconvénients, mais aussi des avantages. Il faut donc bien se préparer.

Raison pour laquelle nous avons fait appel à un consultant international pour définir une stratégie. En particulier comment les entreprises togolaises peuvent se positionner sur les chaines de valeur nationales et régionales.

Le gouvernement est déterminé à accompagner les entreprises pour les aider à faire face à la concurrence.

 Le secteur privé est inquiet, vous le comprenez ?

Il y a effectivement des menaces avec la libéralisation du marché. Des entreprises étrangères vont venir s'installer. Si nos sociétés locales n'ont pas le même niveau de compétente et de compétitivité, elles risquent de disparaître.

En même temps, la concurrence n'est pas une mauvaise chose. Sans elle, les entreprises risquent de s'endormir sur les lauriers.

Elles doivent se mettre à niveau.

Quels seront les avantages de la Zlec pour le secteur privé ?

D'abord, avoir accès à un marché de 1,2 milliard de consommateurs, ce n'est pas rien par rapport à celui du Togo qui est de 7 millions.

Ensuite, la suppression des droits de douane qui va permettre de rendre abordable une quantité importante de produits

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.