Ile Maurice: Chômage - Le SME Employment Scheme revisité

Placer 1 000 diplômés dans les PME. Le nouveau plan de l'emploi veut réduire le chômage et le «mismatch» sur le marché du travail.

Du nouveau pour les petites et moyennes entreprises (PME). Le Small and Medium Enterprise (SME) Employment Scheme 2018-19 a été revu et amélioré, avec de nouvelles attributions pour la période 2019-20, à travers une seconde phase pilotée par Sunil Bholah, ministre de l'Entreprise et des coopératives. Désormais, les degree et diploma holders pourront être placés dans des sociétés ayant un chiffre d'affaires annuel inférieur ou égal à Rs 100 millions. Ils seront employés sous contrat à durée déterminée d'une année, qui pourra être renouvelé une seconde année. Les petites entreprises qui bénéficient du scheme pourront également faire une demande pour accueillir de jeunes diplômés.

«La seconde phase du SME Employment Scheme bénéficie d'une enveloppe de Rs 350 millions. La mise en œuvre impliquera un accord signé entre SME Mauritius et le Human Resource Development Council (HRDC)», soutient le ministre. Ainsi, les jeunes qui ont une licence vont continuer à percevoir Rs 14 000 par mois et ceux ayant un diplôme, Rs 10 000

Sunil Bholah avance qu'il espère placer 1 000 de ces derniers dans ces entreprises. Un accord sera signé entre l'entreprise et le diplômé et un autre accord entre l'entreprise et SME Mauritius Ltd. Ceux qui ont complété leurs études supérieures et sont sans emploi sont invités à faire leur demande au plus tard le 23 août s'ils souhaitent rejoindre une entreprise sous le SME Employment Scheme. Les requêtes pour une seconde insertion en entreprise seront également considérées, mais selon le principe que les premiers arrivés seront les premiers servis.

D'autre part, le suivi sera fait par un Steering Committee. Celui-ci sera présidé par le Senior Chief Executive du ministère de l'Entreprise et le comité réunit des représentants du Prime Minister's Office, des ministères des Finances et du Travail, du HRDC et de SME Mauritius Ltd.

Cette modification au SME Employment Scheme vient rectifier certaines contraintes de la première phase (voir ci-dessous), qui ont été identifiées. Par exemple, une disparité a été constatée entre les qualifications, les compétences des diplômés et le profil recherché par les entreprises. Et alors qu'environ 591 diplômés sont enregistrés en tant que chômeurs au ministère du Travail, le scheme ne leur convenait pas.

Par ailleurs, d'octobre 2018 à ce jour, 534 diplômés ont été placés dans des entreprises à Maurice et 43 à Rodrigues, alors que 721 entreprises sont enregistrées.

Placer 1 000 diplômés dans des PME: un échec

La première phase du SME Employment Scheme fait partie des mesures budgétaires 2018-19. L'objectif était de placer 1 000 diplômés dans des petites et moyennes entreprises (PME), avec une rémunération mensuelle de Rs 14 000 payée par le gouvernement et les frais de transport pris en charge par les PME.

Le «scheme» devait renforcer les capacités de ces entreprises, en ayant recours à un personnel qualifié, afin qu'elles puissent améliorer leurs performances. Ce programme avait également pour but d'accompagner les PME dans leur quête d'une meilleure productivité. D'autre part, il devait booster l'employabilité des diplômés afin de s'attaquer au problème du chômage chez les jeunes ainsi que de promouvoir l'esprit entrepreneurial dans le pays, en particulier auprès de la jeunesse. Mais au fil du temps, la première phase ne s'est pas révélée aussi fructueuse...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.