Niger: Orano au Niger - La Cominak en sursis, la Somaïr maintient ses activités

Le groupe nucléaire français Orano va poursuivre ses activités dans le nord du Niger, même si ses deux filiales dans le pays ont des difficultés. C'est ce qu'a déclaré ce lundi le directeur Général de l'entreprise, après un entretien avec le président Mahamadou Issoufou. Mais l'une des deux filiales est presque condamnée.

En mai dernier, le ministre nigérien des Mines, Hassane Barazé, donnait des informations témoignant des difficultés de la Cominak : un déficit de 12 milliards de francs CFA, soit plus de 18 millions d'euros, et soulignait que l'entreprise pourrait être en cessation de paiement à partir de l'année prochaine.

Le directeur général d'Orano (ex-Areva), la maison mère de la Cominak, confirme donc que cette filiale est en sursis. Philippe Knoche précise que les réserves de la Compagnie minière d'Akouta « s'épuisent et arrivent à leur fin ». L'absence de la ressource condamne donc à court terme l'une des deux filiales nigériennes du groupe nucléaire français.

Le marché de l'uranium déprimé

Le patron d'Orano a en revanche rassuré quant à la continuité des activités de la Somaïr, l'autre filiale, qui elle est en bonne santé, malgré les faibles prix de l'uranium, avec 25 dollars le kilo aujourd'hui contre 40 dollars il y a cinq ans. Cela s'est traduit par plusieurs centaines de licenciements en 2017 et des réductions progressives de production. L'uranium nigérien représente un tiers de la production totale d'Orano.

Orano scrute l'évolution du marché mondial de l'atome. Le directeur général du groupe affirme que, dès qu'il y aura une embellie, le chantier de la mine géante d'Imouraren pourra redémarrer. Entamé en 2009, il a été interrompu en 2015, suite à la baisse du prix de l'uranium. Il devrait produire 5000 tonnes d'uranium par an à plein régime pendant plus de 35 ans. Le marché de l'uranium reste déprimé, mais des experts tablent sur une augmentation de la demande de près de 50% d'ici 15 ans.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.