Sénégal: SIDA, paludisme et tuberculose - La France "fière" de rester second contributeur du Fonds mondial (ambassadeur)

Dakar — La santé demeure "un domaine prioritaire" pour la France, a déclaré son ambassadeur au Sénégal, Christophe Bigot, faisant part de la fierté de son pays d'être le second contributeur au budget du Fonds mondial de lutte contre le paludisme, la tuberculose et le Sida.

"Le Fonds mondial contre le Sida, le paludisme et la tuberculose, dont la France a été un des initiateurs au début des années 2000 et dont elle reste le second contributeur, après les USA, bénéficie au Sénégal au cours de ces trois ans.

Le nombre de cas de paludisme a très significativement diminué, grâce aux distributions par le Fonds de millions moustiquaires imprégnées", a souligné le diplomate.

Christophe Bigot, en fin de mission au Sénégal, intervenait lors de la réunion hebdomadaire du Rotary Club de Dakar, sur le thème "La coopération franco-sénégalaise en matière de santé ces trois dernières années".

La France insiste-t-il "est fière" de contribuer Fonds mondial contre le Sida, le paludisme et la tuberculose, à hauteur de 13%, selon le diplomate.

Il rappelle que la distribution de moustiquaires imprégnées, "15 millions depuis 2016, dont 9 millions cette année, est emblématique de l'activité du Fonds mondial qui assure 60% de cet appui".

Le Fond mondial mène par ailleurs d'autres actions comme les traitements contre le Sida à "près de 25.000 personnes, les traitements antituberculeux à 13.000 patients", a indiqué l'ambassadeur de France au Sénégal.

Le diplomate, évoquant la prochaine conférence de reconstitution de ce Fonds prévue en octobre prochain en France, à Lyon, a remercié le Président Macky Sall "d'être un des champions africains pour que les financements domestiques et internationaux annoncés soient à la hauteur des besoins" du secteur de la santé.

Il est revenu sur la coopération franco-sénégalaise en matière de santé, affirmant que les projets que l'Agence française de développement (AFD) est en train de mettre en œuvre "dans les régions de Louga, Kolda et Sédhiou vont créer de nouvelles maternités et restaurer des hôpitaux, tout en apportant des équipements de pointe et des formations pour le personnel".

La France, note-t-il par ailleurs, "apporte sa part à l'édifice en appuyant l'agence de la Couverture maladie universelle (CMU) avec des experts spécialistes de sécurité sociale et en améliorant les infrastructures de santé dans deux régions" du Sénégal, sans préciser lesquelles.

Selon Christophe Bigot, la formation des médecins "est aussi une préoccupation de la coopération française".

"La faculté de médecine de Dakar a un rayonnement dans toute l'Afrique. Mais nous avons appuyé au cours de ces trois ans, plus de 75 médecins, en cours de spécialisation, qui sont allés en France pour parfaire leur formation dans un dispositif où ils exercent une pleine responsabilité de praticien, dans les hôpitaux français", a signalé M. Bigot.

Selon le président du Rotary Club Dakar, docteur Momo Gandhour, "le Rotary Club qui a fêté ses 80 ans ce 12 juillet 2019, est la première organisation humanitaire composé d'hommes et de femmes mettant à la disposition des populations leurs expertises".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.