Cameroun: Fruits et légumes - On est plus regardant

La qualité de ces produits de grande consommation est une source de préoccupation pour les consommateurs

« J'ai acheté une salade de légumes dernièrement. Je l'ai tout de suite abandonnée parce que ces fruits n'avaient pas le goût habituel. Même lors des grandes cérémonies, les fruits servis n'ont pas toujours bon goût ». Ce témoignage de Thibault K. traduit le désagrément dont sont victimes nombre de consommateurs de fruits et légumes à Douala. Entre des pastèques non sucrées, mangues à la consistance de carotte, ananas aigres et papayes juste semi-sucrées, les consommateurs ne savent plus à quel saint se vouer.

Dans certains cas, des intoxications alimentaires sont enregistrées. « J'ai failli perdre ma vie à cause des ananas que j'avais consommés », raconte Marina Amina, ménagère. « Parfois la première tranche de la pastèque est sucrée, mais le reste ne l'est pas », fait observer la ménagère. Un doigt accusateur est pointé sur l'usage abusif des pesticides. Dans la région du Littoral, les fruits et légumes produits à Njombé-Penja sont particulièrement ciblés pour leur dégradation qualitative.

La zone, qui est l'un des greniers de la région, est réputée pour l'usage intensif des pesticides aussi bien par les agro-industries que par les petits producteurs. Une situation qui peut être corrigée, d'après Modeste Pouade, par l'usage d'engrais organiques. « Il y a des engrais organiques qui sont moins nocifs, mais chez nous on n'a pas cette habitude-là. On n'a pas l'habitude du compost ou du fumier. Ceux qui font la production bio utilisent ces fertilisants organiques ». Notre source a indiqué qu'une usine de production d'engrais organiques est en construction dans la commune de Njombé-Penja. Un projet qui devrait contribuer à combiner qualité et quantité dans les productions agricoles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.