Somalie: Six morts dans l'attentat contre le bureau du maire de Mogadiscio

Photo: © UNSOM
Le nouveau représentant spécial de l'ONU en Somalie, James Swan (g), reçu par le maire de Mogadiscio (d) peu de temps avant l'attentat dans les locaux de la mairie, le 24 juillet 2019. Le maire de la capitale somalienne Abdirahman Omar Osman a été blessé.

Le cœur du pouvoir à nouveau touché par les terroristes en Somalie. Les islamistes shebabs ont attaqué la mairie de Mogadiscio. Un kamikaze s'est fait exploser dans l'enceinte du bâtiment. Au moins six personnes ont été tuées et six blessées, dont le maire de Mogadiscio.

Les shebabs ont encore montré leurs capacités à s'infiltrer dans les endroits les plus sécurisés. Selon plusieurs sources, un kamikaze a pu pénétrer à l'intérieur de la mairie et déclencher sa ceinture explosive dans le bureau où se trouvait le maire.

Abdirahman Osman était en réunion de sécurité avec plusieurs responsables locaux. Il a été gravement blessé, transporté à l'hôpital où il devait subir une intervention chirurgicale. Les commissaires des districts d'Abdulaziz et Waberi, qui participaient à la rencontre, seraient morts.

Les shebabs ont revendiqué l'attaque et précisé que la cible était en fait James Swan. Le nouveau représentant de l'ONU en Somalie, nommé le 30 mai dernier, a eu de la chance. Le diplomate américain était dans le bâtiment pour une rencontre avec le maire, quelques heures plus tôt.

Dans un communiqué publié sur Twitter, James Swan condamne l'attentat : « Je déplore cette attaque odieuse qui non seulement témoigne d'un violent mépris pour le caractère sacré de la vie humaine, mais vise également les Somaliens qui s'emploient à améliorer les conditions de vie de leurs compatriotes somaliens dans la région de Mogadishu-Banadir ».

Les shebabs visent régulièrement les bâtiments officiels somaliens. En mars dernier, ils ont attaqué le ministère du Travail et blessé le vice-ministre. En 2014 et 2015, ils ont commis des attentats contre le palais présidentiel, le Parlement, les services de renseignement ou encore le ministère de l'Éducation.

Leur mode opératoire est connu : faire exploser un véhicule à l'entrée pour créer une brèche et faire entrer des terroristes. Mais cette fois, ils sont allés plus loin, avec un kamikaze se faisant exploser directement dans un bureau, à l'intérieur d'un bâtiment ultra sécurisé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.