Madagascar: WWF alerte sur la disparition des mangroves

Les mangroves sont en danger : en 20 ans, 58 000 hectares ont disparu à Madagascar alerte le WWF qui a initié une étude cartographique publiée jeudi 25 juillet, la plus grosse étude jamais parue sur ce sujet.

Le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement et l'UICN sont également leaders et auteurs de cette étude. Seul point positif : les zones d'aires protégées par les communautés locales se portent mieux que les autres.

Sur la base d'analyses cartographiques et de photographies aériennes, l'étude montre la disparition progressive de cet écosystème de 1995 à 2018. Le constat est sans appel, les mangroves sont en déclin partout dans le pays.

Changement climatique, aquaculture, construction... Autant de facteurs qui expliquent le phénomène. Ces forêts de palétuviers, à l'interface de la terre et de la mer, sont bien souvent transformées en champ de canne ou rizière; le bois des arbres utilisé pour faire du charbon.

Communautés locales

Les mangroves constituent aussi un habitat pour les oiseaux endémiques, les geckos et les lémuriens. Ce constat est d'autant plus effrayant que la Grande île abrite 2% des mangroves mondiales et 20% des mangroves africaines.

Mais souligne le WWF, la plupart des zones où les forêts de mangroves sont gérées par des communautés locales se portent mieux dans l'ensemble du pays. C'est ainsi que plus de 2 millions d'arbres de mangrove ont été́ plantés entre 2007 à 2017 et 50 000 ha ont pu être protégés.

Un peu moins de 20% des mangroves sont aujourd'hui protégées, et si toutes les zones accusent une perte, celles observées dans les aires de conservation sont trois fois moins importantes que dans le reste du pays.

Par cette étude, le WWF espère susciter un engagement plus fort concernant la conservation, avec des politiques et des législations plus adéquates.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.