Burkina Faso: Affaire charbon fin - La balle est dans le camp de la Justice

25 Juillet 2019

S'il y a un sujet qui a défrayé et qui continue de défrayer la chronique au Faso, c'est bien cette affaire présumée de charbon fin. J'ai personnellement envie de dire charbon ardent, tant l'affaire met en effervescence l'opinion nationale. De quoi s'agit-il ?

En fait, c'est une cargaison de charbon fin en partance pour le Canada, qui a été interceptée à Bobo-Dioulasso. On accuse une société minière de la place, en l'occurrence IAM Gold Essakane, pour ne pas la nommer, de vouloir se soustraire au contrôle.

Autrement dit, on soupçonne ladite société minière de vouloir faire sortir frauduleusement de l'or du pays au prétexte qu'il s'agit de charbon fin en partance pour traitement au Canada. Vrai ou faux ? Je ne saurais répondre à cette question.

Seulement, j'ai écouté les explications de la société mise en cause, qui estime qu'il n'y a pas de quoi fouetter un chat. J'ai aussi écouté les explications du ministre des Mines qui, tout en reconnaissant que ses services étaient au courant de la sortie de la cargaison, rejette toute forme de complicité, comme le pensent certains, avec la société minière en question.

Mieux, il précise que son département, « dans la recherche de la transparence, a fait recours à un cabinet d'expertise indépendant, composé d'une équipe pluridisciplinaire comprenant au maximum un métallurgiste spécialisé en chimie minérale et caractérisation des matériaux, un juriste, un expert douanier, tous de notoriété reconnue afin de garantir la transparence et mettre fin à la polémique » en cours.

Toutefois, le ministre Oumarou Idani promet que des sanctions seront prises si la société mise en cause est reconnue coupable d'infraction. On en était là jusqu'à ce qu'un groupe d'organisations de la société civile, au cours d'un point de presse, exige une contre-expertise internationale qui, seule, est capable de mettre fin à la polémique qui enfle chaque jour que Dieu fait.

Depuis longtemps, on en est à se demander pour qui brille l'or de notre pays

Moi fou, comme vous me connaissez, je ne prends fait et cause pour personne dans cette affaire. Tout comme je ne vais chercher à enfoncer qui que ce soit. Je souhaite seulement, comme d'ailleurs tous les autres Burkinabè, que toute la lumière soit faite sur cette affaire de charbon fin.

Que l'on nous dise ce qui s'est passé exactement. S'il y a eu des gens qui ont voulu se sucrer sur le dos du peuple burkinabè, qu'ils soient sanctionnés à la hauteur de leur cupidité. Je le dis parce que depuis longtemps, on en est à se demander pour qui brille l'or de notre pays.

En effet, cela fait maintenant plus d'une décennie que le pays connaît un boom minier, mais malgré tout, la pauvreté et la misère y sont ambiantes, tant et si bien que nombreux sont les Burkinabè qui tirent le diable par la queue, quand ce n'est pas le diable qui tire la queue de certains.

Pendant ce temps, les entreprises minières, avec parfois des complicités, pillent nos richesses. C'est pourquoi, dans cette affaire de charbon fin, j'invite les uns et les autres à faire preuve de sérénité dans la mesure où le dossier est entre les mains du Procureur général.

Les juges ayant acquis leur indépendance, j'ai foi que toute la lumière sera faite et que les responsabilités seront situées. Ce faisant, il y a lieu d'éviter les sorties tapageuses susceptibles de gêner la procédure en cours. Donc, la balle est dans le camp de la Justice.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.