Algérie: Des mesures pour la prise en charge sanitaire des habitants du Sud et des Hauts plateaux

Alger — Une série de mesures destinées à améliorer la prise en charge sanitaire des citoyens des wilayas du Sud du pays et des Hauts plateaux a été adoptée mercredi par le gouvernement, réuni sous la présidence du Premier ministre Noureddine Bedoui.

Des propositions opérationnelles visant à renforcer les structures de santé, et d'autres à améliorer la prise en charge des médecins exerçant au Sud, ou encore à améliorer les services sanitaires au Sud ont été présentées pour combler les lacunes constatées.

Pour renforcer les structures de santé, le gouvernement a décidé de lever le gel sur tous les projets enregistrés dans le secteur de la santé au niveau des wilayas du Sud et des hauts-Plateaux, y compris les opérations d'acquisition des équipements médicaux en faveur des établissements hospitaliers réalisés.

Il a également décidé de réaliser des établissements de santé de proximité et ceux spécialisés, d'une capacité de 60 lits pour assurer les spécialités de base notamment les maladies de gynécologie obstétrique.

A cet égard, le ministre de la Santé a été chargé d'arrêter la liste des communes concernées par ces projets pour éviter aux malades les longs déplacements.

Le gouvernement a décidé aussi d'accélérer la création d'annexes pour la pharmacie centrale des hôpitaux dans les zones enclavées à l'extrême Sud.

Parmi les mesures importantes retenues dans ce chapitre figure notamment la création d'un institut de lutte contre les piqûres de scorpion à Ouargla qui sera renforcé par un encadrement humain, notamment des épidémiologistes et la mise en place d'un observatoire régional de santé dans la wilaya de Tamanrasset spécialisé dans la médecine tropicale en le renforçant par un encadrement humain notamment des épidémiologistes.

La création d'un institut de formation en paramédical et d'annexes pour couvrir les besoins des wilayas du Sud est également retenue dans le cadre de cette batterie de mesures.

Le gouvernement a décidé également de réviser le cadre réglementaire des unités mobiles de santé (clino-mobiles) et de proximités et leur renforcement par les véhicules équipés nécessaires.

Le décret exécutif relatif à l'organisation et la gestion des services du SAMU social sera également amendé pour l'adapter aux spécificités des régions du Grand Sud.

Nouveau régime incitatif pour les médecins spécialistes

Pour améliorer la prise en charge des médecins exerçant au Sud, le gouvernement a décidé d'adopter un nouveau régime incitatif au profit de tous les médecins spécialistes exerçant au niveau des wilayas du Sud, notamment à travers une nette revalorisation de l'actuel régime indemnitaire outre des avantages leur garantissant des conditions de travail convenables.

Il a, ainsi, été décidé de revaloriser la prime du service civil au profit des médecins résidants exerçant dans les wilayas du Sud et des Hauts plateaux. Cette prime sera prise en charge par le Trésor public.

Les conditions d'exercice du service civil seront également révisées, et le gouvernement s'est engagé, dans ce contexte, à étudier la possibilité de permettre aux médecins généralistes exerçant au niveau des régions du Sud, pour une période d'au moins 5 ans, d'accéder au résidanat.

Au chapitre de l'amélioration des services sanitaires au Sud, le gouvernement a chargé la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) de rembourser les frais inhérents aux interventions chirurgicales ainsi que les consultations médicales et les analyses effectuées par des cliniques privées implantées au Sud.

Les centres d'oncologie de Tamanrasset et d'Ouargla seront renforcés par un équipement d'exploration et de traitement, mais aussi par des équipes médicales dans différentes spécialités.

Le gouvernement a encouragé, en outre, la poursuite des opérations de conclusion de partenariats entre les établissements de santé publique civiles et militaires au profit des populations des zones isolées, notamment à travers la création d'hôpitaux mixtes et le développement de la télémédecine.

Il compte également encourager les initiatives de volontariats des médecins spécialistes algériens résidant à l'étranger visant la prise en charge des patients à l'intérieur du pays à travers la facilitation de leurs missions dans l'introduction des équipements médicaux et l'obtention des licences nécessaires.

Une commission interministérielle, présidée par le ministre de la Santé et composée des secteurs de l'Intérieur, des Finances, du Travail, de la Solidarité et de l'Enseignement supérieur a été installée pour veiller à la mise en œuvre de l'ensemble des décisions prises lors de cette réunion.

Cette commission est chargée d'impliquer l'ensemble des syndicats du secteur dans la mise en œuvre effective de ces décisions, outre la mise en place d'un mécanisme chargé du suivi sur terrain et de la présentation de rapports périodiques y afférents au gouvernement.

Le ministre des Finances a été chargé de la mobilisation des ressources financières nécessaires à même de concrétiser ces décisions conformément à un programme d'application s'étendant sur trois ans.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.