Afrique: Mise en garde contre les invasions de criquets pèlerins au Yémen et dans la Corne de l'Afrique

Alger — La saison estivale de reproduction des criquets pèlerins peut représenter une grave menace pour les zones de production agricole au Yémen et dans la Corne de l'Afrique, a averti jeudi l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) dans un rapport publié sur son site web.

"Amplifiée par de fortes pluies, la saison estivale de reproduction des criquets pèlerins risque de menacer les zones de production agricole au Yémen, au Soudan, en Erythrée,dans certaines parties de l'Ethiopie et du Nord de la Somalie lors des trois prochains mois", a prévenu l'agence onusienne.

"Cela pourrait également avoir des répercussions négatives sur les rendements saisonniers agricoles et sur les économies locales, en affectant la sécurité alimentaire et les moyens d'existence des populations dans les pays concernés", a souligné la même source.

Selon le rapport de la FAO sur la situation acridienne pour l'année 2019, les opérations de contrôle intensives sur le terrain et par voie aérienne ont été effectuées en Iran (sur 712. 000 hectares), en Arabie Saoudite (sur 219.000 hectares) et au Soudan (sur 105.000 hectares) et ont permis de réduire la présence de criquets pèlerins. "Néanmoins, a-t-il alerté, ces opérations n'ont pas réussi à empêcher complètement la formation d'essaims et le déplacement de ces derniers vers les zones traditionnelles de reproduction estivales au Yémen, au Soudan, dans la Corne de l'Afrique et le long de la frontière indo-pakistanaise"

Les auteurs du rapport, préviennent qu'il existait un risque "modéré", voire "élevé" que la situation des criquets pèlerins qui s'aggrave dans l'intérieur du territoire yéménite et sur le littoral du pays, ainsi qu'à l'intérieur du territoire soudanais, ce qui aurait pour effet de former des essaims qui menaceraient la production agricole d'ici la fin de l'été. "Ce phénomène serait suivi par des augmentations d'essaims le long de la mer Rouge, au cours de la prochaine saison hivernale débutant en Novembre", ont -ils poursuivi.

Le Yémen, pays touché actuellement par la pire crise humanitaire au monde, "est le plus concerné et à risque d'une infestation généralisée de bandes larvaires et de fortes pluies pouvant entraîner des formations d'essaims, et ce, dès cette semaine, ce qui pourrait avoir pour effet de voir émerger une autre génération de reproducteurs d'ici la fin du mois d'août, si les conditions climatiques demeurent favorables à la reproduction des criquets", a averti la FAO.

Au pire des cas, en automne, les essaims de criquets pourraient migrer du Yémen vers la Corne de l'Afrique pour finalement atteindre le Kenya d'ici la fin de l'année, à moins que des mesures préventives de contrôle ne soient prises de manière urgente dans la région.

La dernière invasion de Criquets pèlerins au Kenya remonte à 2007 et des opérations de contrôle aériennes ont été nécessaires afin de reprendre le contrôle de la situation.

Au Nord-Est de la Somalie, des essaims matures de criquets ont été signalés à divers endroits ces dernières semaines. Ces derniers ont provoqué des dégâts majeurs sur les cultures. Des bandes larvaires sont maintenant en train de se former le long de la côte Nord-Ouest et probablement sur la côte Nord-Est à partir des œufs laissés par les essaims.

"Cette situation pourrait donner lieu à la création de nouveaux essaims d'ici la fin août, a alerté l'agence onusienne, prévenant par ailleurs que des phénomènes semblables devraient apparaître dans l'Est de l'Ethiopie, lorsque des groupes de criquets adultes vont avoir l'occasion de partir de la région Amhara au Nord du pays vers les zones de reproduction estivales à l'Ouest de l'Erythrée et à l'intérieur du territoire soudanais.

"Au Soudan justement, nombreuses sont les populations adultes de criquets à être présentes dans la Vallée du Nil, tandis que des populations adultes sont apparues récemment et de manière dispersée sur la côte de la mer Rouge et au Nord du Kordofan, là où les reproductions estivales ont lieu", a ajouté le document.

Le criquet, un ravageur très redoutable

Après être devenus aériens, des essaims regroupant plus de dix millions de criquets peuvent parcourir jusqu'à 150km par jour, le vent aidant.

Les Criquets pèlerins (Schistocerca gregaria) ont une durée de vie d'environ trois mois et un Criquet pèlerin femelle peut pondre jusqu'à 300 œufs.

Un Criquet pèlerin adulte consomme une quantité de nourriture fraîche équivalente à son propre poids chaque jour - soit près de deux grammes par jour.

Un tout petit essaim consomme la même quantité de nourriture en une journée que près de 35 000 personnes.

Il est nécessaire d'agir de manière urgente afin de prévenir la propagation des criquets et de sauver les cultures.

Des opérations de contrôle urgentes des Criquets pèlerins sont indispensables afin de protéger les cultures et d'atténuer les risques d'invasions au Yémen et d'empêcher les essaims de criquets d'envahir les pays voisins.

Au Yémen, les opérations de contrôle sont freinées par l'insécurité qui prévaut dans les zones de reproduction des criquets et par le manque d'équipements et de fonds opérationnels.

Afin de remédier partiellement à la situation, la FAO a pu mobiliser 100.000 dollars grâce au soutien de la Belgique à travers le Fonds spécial pour les activités d'urgence et le relèvement (SFERA) et 200.000 dollars issus de ses propres ressources afin de mettre en œuvre une campagne anti-criquets.

La FAO travaille déjà à mettre en place des mesures urgentes afin de renforcer les opérations de surveillance et de contrôle dans les zones de reproduction.

L'agence onusienne a également commencé à acquérir de l'équipement supplémentaire en vue de renforcer les capacités du Ministère de l'agriculture, afin de mieux contrôler les populations de criquets dans les zones infestées. De plus, la FAO a lancé un appel général en direction de la communauté internationale.

Les premiers bénéficiaires sont les agriculteurs, les éleveurs de bétail et les populations nomades vivant dans les zones infestées.

L'objectif étant de protéger leurs moyens d'existence et d'empêcher les éventuels dégâts que pourraient causer des invasions de criquets plus importantes sur leurs productions agricoles et leurs pâturages.

Cette initiative bénéficierait à près de 100.000 personnes dans les provinces de Lahij, de Shabwah, d'Hadramout, d'Abyan, de Sana'a et d'Al-Hodeidah en sauvant leurs cultures, ce qui aurait pour effet de réduire les pertes agricoles et par conséquent de réduire le taux de faim et de pauvreté dans les zones rurales déjà impactées par le conflit en cours.

Si le Soudan est mieux équipé et préparé que certains autres pays de la région, la situation politique actuelle du pays peut jouer en sa défaveur et diminuer l'efficacité des opérations mises en œuvre cet été.

Les capacités en Erythrée, en Ethiopie et dans le Nord de la Somalie sont également relativement limitées.

Etant donné la gravité de la situation actuelle des criquets, tous les pays se doivent de surveiller les conditions de leurs champs en organisant régulièrement des inspections sur le terrain et en prenant les mesures de contrôle nécessaires lorsque des invasions importantes de criquets sont détectées.

La FAO propose un Service d'information sur le Criquet pèlerin, qui reçoit et analyse les données provenant des pays affectés par les criquets afin d'évaluer la situation actuelle des criquets, de fournir des prévisions et, lorsque nécessaire, d'émettre des avertissements et des alertes destinées à tenir au courant la communauté internationale des développements et menaces liés aux criquets.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.