Afrique: Inspecter les recoins, protéger la terre - Ces femmes qui luttent contre le braconnage

communiqué de presse

Le mamba noir est le serpent le plus venimeux d'Afrique subsaharienne. Une seule piqûre peut tuer une personne en quelques heures seulement. C'est également le nom de l'unité de lutte contre le braconnage entièrement féminine qui opère dans la réserve naturelle privée de Balule, d'une superficie de 226 km2, située dans le parc national Kruger en Afrique du Sud.

Nous avons choisi ce nom car il renvoie à « la force des mambas et leurs réactions rapides », affirme Valeria van der Westhuizen, responsable de la communication des Black Mamba. « Force de la femme en Afrique du Sud, force du Mamba. »

L'unité anti-braconnage Black Mamba a été fondée en 2013 et comprend 14 femmes provenant pour la plupart de la communauté Phalaborwa qui réside près du parc.

Avant la formation du groupe, le braconnage de corne de rhinocéros et de viande de brousse dans la réserve était endémique, les braconniers, dont beaucoup venaient des communautés locales, pouvaient gagner jusqu'à 26 000 dollars des États-Unies pour une seule corne.

Leitah Mkhabela, la chef Mamba, a expliqué que l'une des raisons de l'implication des communautés voisines dans les activités de braconnage était qu'elles ne se sentaient pas liées à la faune, car la plupart n'avaient jamais eu la chance d'apercevoir les animaux. Le braconnage était un moyen de gagner beaucoup d'argent rapidement.

C'est la raison pour laquelle l'un des mandats des Mambas est de sensibiliser le public à l'importance de la conservation et de recueillir des informations sur le braconnage auprès des habitants.

« La communauté doit pouvoir tirer bénéfice des réserves situées à proximité », a déclaré Leitah Mkhabela, soulignant une discussion plus large en cours sur les aires protégées à travers l'Afrique.

« Si les réserves apportent des avantages aux communautés locales grâce à la fourniture de sources d'eau douce ou à la possibilité d'obtenir des bourses pour l'enseignement supérieur, nous assisterons à une diminution du braconnage du rhinocéros et de la viande de brousse. »

Dans le cadre du programme d'éducation environnementale Bush Babies, les Mamba amènent des membres de leurs communautés, en particulier les enfants, à la réserve pour observer les animaux sauvages.

« Certains vivent à seulement 10 km de la réserve, mais n'ont jamais vu de rhinocéros, de lion ou d'éléphant dans leur vie », explique Leitah Mkhabela.

En plus d'éduquer les communautés locales, les Black Mambas parcourent quotidiennement 126 km depuis la frontière du parc, à la recherche de pièges à collets, inspectent les clôtures électriques et fouillent les véhicules. Leur travail a permis de réduire de 75% le braconnage dans la réserve.

« En 2013, lorsque ce projet a démarré, nous revenions des inspections avec 80 nouveaux pièges », a déclaré Mkhabela. « Aujourd'hui, si nous balayons toute la région, nous en reviendrons avec seulement cinq, dont certains sont d'anciens pièges. »

Cecilia Njenga, responsable du Programme des Nations Unies pour l'environnement en Afrique du Sud, a déclaré que les Black Mamba avaient souligné l'importance et l'efficacité des connaissances et de l'engagement locaux, indispensables pour lutter contre le commerce illégal d'espèces sauvages.

« Les Black Mambas sont une source d'inspiration non seulement au niveau local, mais dans le monde entier pour tous ceux qui oeuvrent à éliminer le fléau du commerce illégal d'espèces sauvages », a déclaré Mme Njenga. « Nous reconnaissons les effets rapides et impressionnants obtenus et le courage nécessaire pour y parvenir.»

Bien que les avantages qu'il existe à protéger les animaux sauvages soit inégalés, Leitah Mkhabela affirme que ce travail n'est pas fait pour tout le monde.

Leur rémunération est minime, environ 224 dollars par mois, leurs conditions de vie difficiles et les dangers du braconnage toujours présents, il faut donc du courage pour être garde forestier.

« Je mets ma vie en danger tous les jours pour que la faune emblématique de l'Afrique du Sud soit en sécurité », déclare Leitah Mkhabela.

Par exemple, en 2017, Mkhabela et deux autres Mamba ont organisé une embuscade à Balule lorsque trois braconniers, qu'elles poursuivaient, les ont repérées en raison de la pleine lune de la nuit.

Les femmes, qui patrouillaient sans armes, ont eu la chance de s'échapper indemnes après avoir découvert un pan de la clôture électrique du parc détruit, qu'un éléphant avait endommagée plus tôt dans la journée.

Mais pour Mkhabela, les risques en valent la peine. Elle affirme qu'étant femmes et mères, les Mamba comprennent ce que signifie protéger et prendre soin des autres espèces.

« Il faut parler au nom des animaux, car si nous ne le faisons pas, personne ne ne le fera. Nous devons nous battre pour eux, car si nous ne nous battons pas pour eux, personne ne se battra pour eux. Nous savons ce qu'est l'amour », affirme-t-elle.

En 2015, les Black Mamba ont obtenu le prix Champion de la Terre d'ONU Environnement. Depuis cette récompense, Leitah Mkhabela explique que l'unité de lutte contre le braconnage a suscité encore plus d'admiration de la part des communautés qu'auparavant, ce qui a permis aux Mamba d'avoir confiance en la valeur de leurs actions.

Mkhabela affirme que 10 autres femmes suivent une formation pour devenir Mamba et elle espère que le projet se développera davantage et recevra plus de fonds.

« J'aimerais voir beaucoup plus de femmes de la communauté obtenir des postes de rangers », espère-t-elle. « Nous avons besoin du projet Black Mamba pour continuer. Nous ne pouvons pas laisser les braconniers gagner. »

La Journée mondiale des rangers, une initiative de la Fédération internationale des rangers (International Ranger Federation, en anglais), aura lieu le 31 juillet pour célébrer le travail accompli par les rangers pour protéger la biodiversité de la planète et commémorer les agents tués dans l'exercice de leurs fonctions.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: UNEP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.