Guinée: Manifestation devant l'ambassade de France pour réclamer justice après l'assassinat de Mamoudou Barry

Rassemblement devant l'ambassade de France à Conakry pour réclamer la justice après l'agression mortelle contre Mamadou Barry à Rouen.
26 Juillet 2019

Les guinéens continuent de pleurer leur compatriote froidement tué le 20 juillet dernier à Rouen (France) par un présumé être d'origine turc.

Suite à cette barbarie condamnée déjà depuis des années par les Nations Unies avec la déclaration universelle des droits de l'homme, des citoyens guinéens composés de la société civile, des membres de la famille de la victime Mamoudou BARRY ont exprimé leur indignation ce vendredi devant l'ambassade de France à Conakry (Guinée) à travers un sit-in.

Avec les pancartes en main et des ti-shorts, dont on pouvait lire dessus : « ensemble, faisons un effort pour éradiquer le racisme, je suis Mamoudou BARRY, justice pour Mamoudou BARRY, A bas le racisme » sont des slogans dont scandaient les manifestants.

Dans la déclaration lue devant la foule, il est indiqué que c'est avec un sentiment de choc, de tristesse et de colère qu'ils ont appris "l'assassinat" de leur compatriote Mamoudou BARRY, Enseignant Chercheur à l'Université de Rouen, tué dans la même ville normande le lendemain de la finale de la coupe d'Afrique des nations à cause de sa peau.

« Nous condamnons avec fermeté cette barbarie, qui en plus de son caractère extrêmement ignoble, viole les textes internationaux en matière des droits de l'homme », a déclaré Gabriel Haba, porte-parole du collectif pour le soutien à Mamoudou BARRY.

Cependant, ils ont salué le soutien indéfectible des frèr

Gabriel Haba, porte-parole du collectif pour le soutien à Mamoudou BARRY

es et amis Africains ainsi que les institutions ou personnes physiques d'ailleurs, qui les accompagnent dans ce combat en faveur du rétablissement de l'équation « sang noir= sang blanc ».

A cette occasion, un appel a été lancé au Conseil de Sécurité des Nations Unies, de veillez au respect des dispositions de la déclaration universelle des droits de l'homme, dont son article premier dispose que : « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ».

Ensuite, les organisations de défense des droits de l'homme ont été interpeléés de prendre toutes les dispositions pour suivre de près la procédure relative à l'assassinat de Mamoudou BARRY.

Et enfin, aux migrants établis dans les différents pays occidentaux, d'observer et respecter les lois, règlements et normes culturelles et sociales des pays d'accueil pour faciliter leur intégration totale.

En début de semaine, le présumé responsable du meurtre de M. BARRY, qui selon certains pourrait être un supporter d'Algérie lors de la CAN Egypte contre le Sénégal a été mis aux arrêts par la police française.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.