Cameroun: Lions - Leçons d'une défaite

Le match amical qui a opposé mardi soir à Londres les sélections du Cameroun et du Brésil s'est donc achevé sur une victoire des Sud-Américains. Une de plus, pourrait-on dire car en cinq confrontations, toutes catégories confondues, l'unique victoire des Africains remonte à la Coupe des Confédérations de 2003 en France.

Avec la dernière victoire en date, le Brésil a inscrit à ce jour 12 buts au Cameroun contre deux encaissés. Ce qui en dit long sur l'écart qui sépare les deux à la bourse du football mondial.

Mais au-delà de la satisfaction des uns ou de la déception des autres, le plus important était moins la teneur du résultat que l'intention qui a rendu possible cette rencontre très suivie. On sait bien que l'équipe nationale du Cameroun est en phase préparatoire pour la CAN 2019 que le pays accueille dans quelques mois. On a longtemps déploré que cette préparation se fasse jusqu'ici au petit trot. Pour une sélection qui rêve de conserver à domicile le trophée remporté il y a deux ans au Gabon, une équipe de gros calibre comme le Brésil était l'adversaire idéal pour évaluer ses forces et mesurer le fossé qui reste à combler. Même si l'opposition semblait disproportionnée, on a eu au moins la certitude au coup de sifflet final que la sélection nationale en reconstruction a encore des beaux restes. Certes, une défaite reste une défaite, mais le ridicule tant redouté a été évité.

Ceci dit, les champions d'Afrique en titre ne sauraient se dissimuler derrière le prestige de l'adversaire du jour pour justifier le service minimum. Il faut souligner pour le déplorer que le jeu produit par les nôtres n'a pas été honorable de bout en bout. Le score étriqué peut faire illusion, mais pour tous ceux qui ont visionné le match, il y avait comme un contraste frappant entre les deux protagonistes. Autant on a senti les Brésiliens techniques, à l'aise balle au pied, présents dans les duels et maîtrisant mieux la gestion des espaces, autant on a relevé, côté Camerounais, de nombreux déchets au niveau de la circulation du ballon, des enchainements, du milieu du terrain, du verrou défensif, du marquage individuel et surtout du réalisme offensif. Heureusement, la baraka fait partie intégrante du jeu. D'aucuns trouveront que le jeu. trop stéréotypé des Lions était en application des consignes du coach qui aurait opté pour la prudence.

Même si un tel choix est compréhensible, l'impression globale c'est que les Lions ont joué sans âme, laissant leurs adversaires faire tout ce qu'ils voulaient du ballon. Une telle attitude est à déplorer pour ceux qui connaissent le fameux « fighting spirit » des Lions à une certaine époque où leur impact physique et leur détermination suscitaient la panique, même chez les adversaires en principe supérieurs. On est loin du compte aujourd'hui, avec une équipe en manque de repères. L'option prise par Clarence Seedorf d'aligner, une fois de plus une équipe expérimentale face aux quintuples champions du monde aura surpris certains observateurs. C'est vrai qu'il est à la recherche de la bonne recette pour bâtir l'équipe-type. Toujours est-il qu'à un moment donné il faudrait asseoir les choix opérés sur des certitudes, un match de référence n'étant pas fait pour tester des joueurs. Après avoir fait assez tourner l'effectif, on peut supposer que l'encadrement technique se rapproche peu à peu de la bonne formule qui pourrait constituer un atout précieux lors de la grande compétition qui se prépare.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.