Cameroun: Des vendredis en noir contre les arrestations arbitraires

Photo: camer.be
Prison centrale de Yaoundé (Kondengui)
26 Juillet 2019

Des Camerounais prévoient de s'habiller en noir tous les vendredis pour protester contre les emprisonnements politiques en vogue au Cameroun.

Si vous croisez des Camerounais vêtus de noir, ce vendredi 26 juillet, c'est qu'ils auront probablement suivi l'appel d'Edith Kah Wallah. La présidente du "Cameroon People Party" et de l'ONG "Cameroun O bosso" a appelé ses concitoyens à "se lever contre les arrestations arbitraires et illégales au Cameroun".

Un appel lancé quelques jours après des mouvements de révolte dans des prisons du pays. Celle des détenus de la prison centrale de Yaoundé, lundi, suivie d'une autre mutinerie à la prison principale de Buea, dans la région du Sud-Ouest.

Les détenus protestaient contre leurs conditions d'incarcération. Des centaines de protestataires ont été interpellés, parmi lesquels des leaders de la contestation séparatiste anglophone.

Mobilisation hebdomadaire pour l'État de droit

C'est la deuxième fois en l'espace de quelques mois que les Camerounais sont appelés à s'habiller en noir.

L'objectif est de protester, pacifiquement et de façon hebdomadaire, contre les arrestations arbitraires et illégales intervenues dans la lutte contre Boko Haram et dans le cadre de la crise post-électorale de 2018, en particulier celle qui secoue les deux provinces anglophones du pays.

"Les prisonniers qui croupissent depuis 10 ans, depuis 15 ans, sans être jugés méritent qu'on les défende", affirme Franck Hubert Ateba, président éxécutif de l'ONG Afrique Avenir et membre du comité veille civile citoyen au Cameroun.

Il appelle les Camerounais à se mobiliser "pour que l'Etat de droit soit une réalité".

Hubert Atangana, président du Front des Démocrates Camerounais, exige lui la libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers politiques.

"Que ce soit les prisonniers de la crise anglophone, ou encore les prisonniers de la crise post-électorale, tous ces gens-là, il faut les libéré pour détendre l'atmosphère politique et aller sur la véritable voie du dialogue qui va provoquer un retour sincère et définitif de la paix dans les deux zones en conflit en ce moment."

Le pouvoir assure que des mesures sont prises

Au pouvoir on se veut rassurant. Pascal Messanga Nyamding enseignant à l'Institut des relations internationales du Cameroun (Iric) et membre du comité central du RDPC, Rassemblement démocratique du peuple camerounais, le parti au pouvoir, assure que des mesures sont prises pour améliorer la situation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.