Tunisie: Après le deuil, la prochaine campagne présidentielle s'annonce intense

Photo: RFI
(Photo d'archives) - Plus de deux mille personnes ont manifesté samedi 14 mai 2017, à Tunis.

En Tunisie, la mort du président a ouvert une parenthèse pacifiée dans la campagne électorale. Mais la politique va reprendre ses droits en vue du scrutin présidentiel prévu à la mi-septembre et législatif en octobre. La trêve entamée mercredi 24 juillet devrait durer jusqu'à la fin de la période de deuil national en milieu de semaine prochaine. Mais la brièveté des délais avant les élections laisse augurer une campagne intense.

La période de deuil, respectée à la lettre par les protagonistes de l'échiquier politique, a permis une unité rare. Le chef du gouvernement s'est plusieurs fois affiché avec le fils du président alors que ces deux responsables politiques issus du même camp sont à couteaux tirés.

Au vu du très court laps de temps, les alliances semblent compromises avant les élections, d'autant que le président Essebsi a souvent agi avec autorité en coulisses au sein de Nidaa Tounes, le parti majoritaire lors des dernières législatives.

Une date d'élection annoncée au 15 septembre

Nombre de formations issues du parti présidentiel pourraient être tentées de faire cavalier seul avant d'envisager des alliances au second tour des législatives.

Pour la présidentielle, si la date de l'élection était confirmée au 15 septembre, c'est à dire avant les législatives, la campagne serait davantage portée sur les profils des candidats que sur les partis. Cela favoriserait des personnes à l'image du magnat des médias Nabil Karoui, favori des sondages ou Amir Moussi, qui affiche sa fidélité à Ben Ali.

Comme Béji Caïd Essebsi n'a pas signé un nouveau code électoral qui visait à exclure les nouveaux venus, l'exécutif pourrait être tenté de trouver d'autres moyens de leur barrer la route.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.