Congo-Kinshasa: Election au Sénat - Bahati dépaysé, Boshab trahi par les siens !

Photo: Site du FCC
Logo du Front commun pour le Congo (FCC)

Pour tous les candidats à l'élection du Bureau définitif du Sénat, tenue le samedi 27 juillet dernier, le vote ne s'est pas vraiment déroulé comme ils se l'imaginaient. Alors que certains ont raflé des sièges même avec des résultats pas du tout satisfaisants, d'autres par contre, ont carrément mordu la poussière.

Pour le Front Commun pour le Congo, par exemple, sur les 6 prétendants alignés pour tous les postes, 4 ont été élus. Parmi les 2 tombés, il y a Evariste Boshab qui, au vu des assurances de sa famille politique ainsi que de son parcours presqu'élogieux, est tombé à plat. En fait, les résultats de ces élections sont révélateurs de beaucoup de choses qui devront constituer des leçons pour plusieurs.

D'abord pour Modeste Bahati. C'est fini, pourrait-on dire. Ce dernier vient de vivre la fin de sa carrière politique, soutient un analyste. Pour cause, la trahison de la discipline et la charte du FCC de Joseph Kabila et pour avoir tenté de défier l'Autorité morale de son ancienne famille politique.

Et donc, avec sa défaite, poursuit-il, Modeste Bahati ne saurait aller ni au CACH encore moins à LAMUKA, d'après les cadres de ces deux plateformes interrogés au sortir du sénat après l'élection.

Pour certains politiques, c'est le fruit des ambitions démesurées, du manque de patience et de la tentation de trahir ou de créer des frondes en 2009, en 2015 (G8), en 2018 (en tentant de déposer sa candidature à la présidence sans l'aval de sa famille politique) et enfin en 2019 en posant sa candidature au bureau du sénat pour défier Joseph Kabila Kabange qui avait proposé à ce poste THAMBWE MWAMBA.

En fin de compte, l'homme fort de Kingakati reste un vrai animal politique et acteur majeur, au-dessus de la mêlée.

Echec cuisant, trahison fratricide ?

Pour ce qui est de l'ancien président de l'Assemblée nationale, Evariste Boshab, il a raté son coup face à Samy Badibanga, loupant ainsi la 1ère présidence de la chambre haute du Parlement. Il sied de noter ici que son parti politique, le PPRD, dispose de 43 sénateurs. Théoriquement, tous ont voté pour lui car, il a obtenu 44 voix. Du moins, la consigne du parti a été respectée. Ensuite, l'échec est plutôt venu du côté des alliés du FCC qui, manifestement, ont trahi et désobéi à la consigne de la plateforme. Ce qui exige une autocritique rigoureuse.

Enfin, l'autre raison de la défaite du Professeur Boshab est, selon des Sénateurs qui requièrent l'anonymat, le vote défavorable des sénateurs du Grand Kasaï à son endroit. Il reste tout de même Sénateur et il était parmi les députés nationaux emblématiques de la République aux dernières élections législatives. Que dire de Samy Badibanga... c'est une révélation. Face à Boshab, il a remporté haut la main avec 60 voix pour les raisons sus-évoquées.

Leçons à tirer

Outre les spéculations disant que Samy Badibanga aurait donné "10.000 dollars" aux grands électeurs, la réalité est que selon certaines langues déliées, il a bénéficié du soutien des frustrés du FCC et des Sénateurs du Grand Kasaï mais aussi de l'appui multiforme du CACH, sous couvert du parti des progressistes, son parti pour faire diversion. Toutefois, le PPRD a obtenu le poste clé de rapporteur avec le sénateur Prince Kaumba (78 voix). Le parti de Joseph Kabila, à en croire un membre du bureau politique de cette formation politique, a respecté tous ses engagements pris dans le cadre de ces élections. «L'essentiel est fait, l'objectif est atteint. Thambwe est le nôtre au FCC», s'est-il réjoui.

Une autre leçon à tirer c'est que le FCC gagne le poste clé de questeur du Sénat. Quant au Questeur Adjoint qui n'a pas été élu, également, c'est la géopolitique qui a joué. Il a été trahi par les ressortissants du Bandundu et de Kinshasa qui ne voulaient pas voir quelqu'un du Grand Equateur à ce poste, précise un notable kinois. Comme on peut le constater, le FCC a prouvé qu'il reste une première force politique parce qu'il occupe la majorité des postes au Bureau définitif du Sénat, au terme d'une élection démocratique.

Résultat de l'élection

Sur 108 votants : Président : Alexis Thambwe Mwamba (FCC) 65 voix, Modeste Bahati (AFDC-A) 43 voix ; Premier Vice-président : Samy Badibanga (Les Progressistes) 60 voix, Evariste Boshab (FCC) 44 voix, Sanguma Mossai (Indépendant) 4 voix ; Deuxième Vice-président : Tibasima Ateenyi (FCC) 63 voix, Michel Kanyimbu (Indépendant) 44 voix ; Rapporteur : Kaumba Lufunda (FCC) 78 voix, Jean-Philibert Mabaya (Lamuka) 29 voix, un bulletin nul ; Rapporteur adjoint : Marie-Josée Kamitatu Sona (Lamuka) 56 voix, Jean-de-Dieu Moleka (Indépendant) 51 voix ; Questeur : Eric Rubuye (FCC) 86 voix, Bijoux Goya (Indépendante) 20 voix ; Questeur adjoint : au premier tour, Jean-Pierre Zagbalafio (FCC) 44 voix, Rolly Lelo (Indépendant) 42 voix, Madeleine Nikomba (Indépendante) 21 voix, un bulletin blanc. Second tour (avec 102 votants): Lelo 63 voix, Zagbalafio 38 voix.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.