Kenya: Les ânes menacés d'extinction dans le pays

Les ânes seraient en voie de disparition au Kenya. Le dernier rapport de l'organisation Africa Network for Animal Welfare, ANAW, estime que ces équidés sont « en danger d'extinction imminente ». La faute à une législation plus souple, l'ouverture d'abattoir et une exportation frénétique vers le marché chinois.

La gélatine de peau d'âne, appelée Ejiao, est utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise. 5 à 10 grammes dissous dans de l'eau ou du vin, pourraient aider à traiter saignements, vertiges, insomnies, ou rhumes.

Or selon l'ONG ANAW, ces croyances font qu'aujourd'hui un nombre « gargantuesque d'ânes sont massacrés chaque jour » au Kenya. Selon son dernier rapport, 410 spécimens seraient ainsi tués quotidiennement.

L'organisation explique que le phénomène s'est amplifié il y a 7 ans, lorsque le Kenya a adopté une loi plus souple, considérant les ânes comme de la nourriture. S'en est suivie l'ouverture de plusieurs abattoirs. Le Kenya en compte aujourd'hui quatre.

Encore un million d'ânes au Kenya

Selon l'enquête, si le pays compte encore environ un million d'ânes, leur déclin se fait de plus en plus sentir. Les habitants de Moyale, dans le nord, les importeraient d'Éthiopie. Des Kényans se plaindraient parce que leur animal s'est fait voler pour finir sur le marché chinois.

ANAW explique aussi que les communautés qui dépendent des ânes doivent s'attendre à de graves problèmes économiques dans le futur. L'organisation demande aux autorités de retirer la licence des abattoirs jusqu'à ce que le bien-être des équidés soit garanti et qu'on arrête la vente de leur viande et de leur peau jusqu'au vote de lois protectrices. Sinon dit l'ONU, en 2023 il n'y aura plus d'ânes au Kenya.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.