Afrique: Le président indien quitte le Bénin après une visite de deux jours

Photo: Présidence Bénin
Président indien lors de sa visite au Bénin

La visite du président indien au Bénin s'est poursuivie ce lundi 29 juillet. Après les honneurs de la présidence de la République dans la matinée et une prise de parole dans l'après-midi à la tribune de l'Assemblée nationale, Ram Nath Kovind quitte Cotonou ce mardi pour la Gambie, après avoir rencontré la communauté indienne au Bénin.

En matière commerciale, l'Inde supplante au Bénin, sa grande rivale, la Chine et les accords signés semblent vouloir faire progresser la courbe. De nouveaux produits sont homologués et ils bénéficieront toujours d'un droit de douane faible.

Depuis lundi, le Bénin est éligible pour les visas en ligne. Une formalité plus simple pour les hommes d'affaires béninois obligés par le passé de se rendre à Abuja.

Patrice Talon a obtenu aussi de l'argent frais, 100 millions de dollars pour ses projets prioritaires. Une annonce très bien accueillie par le chef de l'État béninois. « Je voudrais vous rassurer que ces 100 millions de dollars nous serviront utilement dans les moindres détails. Merci également pour la possibilité pour nous Béninois désormais d'aller en Inde en prenant leur visa en ligne. C'est formidable, l'Inde est une destination quotidienne pour nos opérateurs économiques. »

Le passage du dirigeant indien à l'hémicycle était attendu, notamment par l'opposition qui finalement restera sur sa faim.

« C'est avec émotion que je prends la parole dans votre temple de la démocratie », a dit le président à la tribune. Il a parlé de Gandhi, de l'esclavage, des dernières élections dans son pays et des relations Afrique-Inde. Pas un mot, en revanche, sur les affaires intérieures du Bénin.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.