Gambie: Des militants des droits de l'homme dénoncent les violences policières

En Gambie, les forces de l'ordre sont critiquées par des associations et militants des droits de l'homme. Arrestations arbitraires, garde à vue abusives, manifestations réprimées, ces dernières semaines plusieurs incidents ont terni l'image des forces de l'ordre. L'association Gom Sa Bopa a donné une conférence de presse pour alerter sur les violences policières.

« Non aux violences policières » est un slogan aperçu à plusieurs reprises ces derniers jours lors de manifestations. Comme la semaine dernière, lorsqu'un vendeur de téléphones portables au marché noir, est décédé dans des conditions troubles.

Ses proches accusent l'unité anti-criminalité, de l'avoir tabassé en garde à vue. Cette unité, créée en 2018, a déjà été accusée d'arrestations arbitraires par le passé. La Gambie a un problème avec ses forces de l'ordre soutient le rappeur Killa Ace membre fondateur de l'association Gom Sa Bopa.

« Un problème entre la police et la population »

« Ça ne date pas d'aujourd'hui, il y a toujours eu un problème entre la police et la population. La jeunesse est souvent la cible des violences policières, des arrestations arbitraires, de l'abus de pouvoir. Les forces de l'ordre se servent de leur uniforme pour faire peur et pour intimider », dénonce-t-il.

Le maintien de l'ordre est également pointé du doigt. Comme l'écrivait Amnesty International en mai, « les forces de sécurité continuent d'avoir recours à une force excessive pour disperser des manifestations pacifiques ». La France aide actuellement la Gambie à réformer son système sécuritaire et à former ses policiers.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.