Cameroun: Approvisionnement en eau - Du renfort pour Yaoundé

Le projet d'alimentation de la capitale et ses enivrons dont le taux d'avancement est à 48,4% suit son cours.

67 km. C'est la distance à parcourir pour avoir une idée de ce qui se prépare pour les habitants de Yaoundé et ses environs en termes d'alimentation en eau potable. De Yaoundé à Nachtigal où est basée la station de captage de l'eau brute du fleuve Sanaga, le déploiement est déjà visible. Dans les faits, le Projet d'alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé et ses environs (Paepys) à partir du fleuve Sanaga lancé en 2017 ambitionne d'alimenter les populations des zones ciblées. Pour l'heure, l'offre en eau potable à Yaoundé est de 185 000 mètres cubes (m3)/jour alors même que la demande est de 300 000 m3. Le Paepys ambitionne donc de remédier à ce déficit en injectant autant que la demande dans le réseau de distribution sinon plus.

On parle de 400 000 m3. « Il s'agit là, de par la taille des équipements qui seront mis en place, de l'un des plus grands projets actuellement en cours d'exécution dans le monde en matière d'alimentation en eau potable. C'est dire que ce n'est pas une petite activité», précise Dieudonné Omballa, directeur du Paepys. Le premier arrêt de la découverte de ce projet est sur la route qui mène au Mont Febe à Yaoundé. Il s'agit du site des travaux de fonçage et du puits de fonçage de la première conduite pour le Paepys. L'ampleur du matériel est impressionnante. Tout comme les neuf sites de stockage où sont logés des tuyaux de différents diamètres, les joints, les raccords. Comme ici à Akak 3 où plus de 5400 joints sont gardés à bonne température dans un entrepôt bien sécurisé.

A Nkometou, ce mardi 23 juillet est jour de réunion du chantier. Les différents responsables sont donc pris et sur le terrain, le travail se poursuit. « Ici on a quatre ouvrages principaux. Il y a la salle de pompes, la bâche de reprise, la salle électrique, la salle de traitement. L'avancement global est estimé à 50%. En fait, on prend l'eau à Batchenga et on envoie sur Yaoundé. Entre Batchenga et Yaoundé, on a un dénivelé d'environ 400 m. Ce qui fait 40 barres. Ce n'est pas évident de trouver des machines qui vont pousser de l'eau sur ces dénivelés, et du coup on fait des bâches des stations de reprises. L'énergie qui est déployée à Batchenga et envoyée est reprise à partir d'ici puis transmise à Yaoundé à une certaine hauteur à Nyom.

Et à partir de Nyom, on l'enverra sur Yaoundé. », explique Romaric Dzogang, ingénieur chef sur le site. Tout en face, le poste de transformation électrique de Nkometou (90/30 kV) est presque terminé. C'est lui qui fera fonctionner les équipements du projet grâce à l'énergie qui sera transportée d'Oyom-Abang. Un autre site des travaux, c'est l'usine de traitement d'eau potable d'Emana Batchenga, construit sur 12 hectares. A quelques kilomètres de là, le chantier de prise d'eau.

Ici, Camerounais (près de 200) et étrangers travaillent sur le chantier. La capacité de captage est de 315,000 m3/jour sur la rive gauche de la Sanaga. Ce projet pourrait aller plus vite si des contraintes qui s'y posent étaient levées. Notamment le paiement des décomptes, le paiement des fonds de contrepartie, les difficultés d'ordre fiscalo-douanier mais surtout le paiement des indemnisations. Il conditionne la libération du passage des conduites. La pose des conduites pourra démarrer. Et le rationnement en eau dans la ville de Yaoundé et ses environs ne sera plus qu'un lointain souvenir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.